Un gouvernement de Défense européenne : israélocompatible?©

Un gouvernement de Défense européenne : israélocompatible?©

L’annonce faite par le Secrétaire Général de l’Elysée, Alexis Kholer, a confirmé un certain nombre de rumeurs qui couraient, mais aussi écarté certaines pistes évoquées, pour lesquelles on ne dispose pas encore de raisons expliquant où le bât blesse.

Parmi les fréquents nominés, on trouvait, en effet, Nathalie Kosciusko-Morizet, fréquemment citée parmi les chefs de file des néo-« frondeurs » de la Droite et du Centre, favorable à répondre à la main tendue du Président. On a aussi évoqué, parmi les signataires de cet appel, Christian Estrosi. Mais ni l’un ni l’autre ne marqueront de leur sceau ce premier Gouvernement Edouard Philippe d’avant les Législatives.

Est-ce à dessein, afin de conserver leur « droit de réserve », quitte à s’autoriser ensuite un rapprochement plus confirmé avec le mouvement présidentiel? Ont-ils renâclé à « franchir le Rubicon » que certains ne manqueront pas d’assimiler à une « trahison », même si ce pas correspond plus, selon eux, à un besoin de « modernisation » des vieux appareils? Est-ce que, tout simplement, leurs ambitions étaient hautes et qu’ils n’ont pu trouver satisfaction?

On sait, par exemple, que NKM visait le poste de Ministre (femme) de la Défense Nationale. Or, c’est bien une femme qui l’a emporté, Sylvie Goulard, mais elle est plus proche de Macron et d’En Marche! d’une part et elle correspond, d’autre part, comme son portrait craché, au projet esquissé à Berlin, de développement d’une Défense européenne axé sur le couple Franco-Allemand, puisque c’est bien elle qui a organisé, à travers ses réseaux denses, la rencontre Macron-Merkel, qui fonde les bases de ce projet gouvernemental. Sylvie Goulard, proche de Romano Prodi est une férue de Fédéralisme européen, appartenant au Groupe Spinelli, avec Daniel Cohn-Bendit et d’autres.

On a pu reprocher à Sylvie Goulard son caractère d’Eurocrate déconnectée des réalités. L’ancrage par la défense du territoire et le Ministère des Armées semble la faire descendre de son nuage et l’enraciner dans des combats bien concrets.

Son Alter-Ego sera, à n’en pas douter, son prédécesseur à la Défense, en la personne de Jean-Yves Le Drian, nommé Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères : là encore une volonté de doublement incarner : Le Drian fait figure de Roc, en tant que Ministre certainement le plus expérimenté de ce gouvernement, en tant que Breton et, d’autre part, l’Europe, en tant que telle, n’appartient plus au domaine des entités éthérées, lointaines et étrangères, mais est désignée comme faisant partie de nos réalités palpables, vécues. Or, il ne saurait y avoir de diplomatie ni de droit des peuples sans imposition de la force et Le Drian a fait ses armes au cours des précédents gouvernements : en Afrique, au Mali, en Irak et en Syrie, dès les attentats de 2015.

Il y a bien d’autres qualités qu’on pourrait souligner chez Jean-Yves Le Drian en tant qu’ex-Ministre des Armées et à présent, au Quai d’Orsay : ce Ministère est fondamental dans l’analyse de l’hostilité constante qu’il a manifestée envers Israël, depuis au moins, les Vedettes de Cherbourg et l’amorce de politique pro-Arabe de la France. Il avait été interpellé au Parlement, en décembre 2016, à propos de manœuvres aériennes conjointes entre la France et Israël en Corse, sur la Base 126 de Solenzara : voici sa réponse qu’on avait alors jugée cinglante envers le parti-pris pro-palestinien du Député Candelier, qui lui demandait raison :

« Dans le cadre de cet exercice, cinq appareils F15 israéliens ont été déployés aux côtés de Rafale français présents sur le site. La coopération militaire avec Israël est ancienne », a déclaré le ministre en réponse à une question écrite du député M. Jean-Jacques Candelier (Gauche démocrate et républicaine – Nord).

« Elle fait partie des relations bilatérales de défense que la France noue avec de très nombreux pays dans le monde. Ces relations se concrétisent par des échanges de niveau stratégique et des exercices comme celui effectué en Corse en novembre 2016. Cette coopération bilatérale s’inscrit dans le cadre strict de l’action diplomatique de la France »

Les montagnes corses vues d’un avion israélien, le F-15D – 90-0275 / 733, avant son atterrissage. 

Dans ce cadre esquissé d’une « coopération ancienne », là encore, J.Y Le Drian démontre qu’il a parfaitement les pieds sur terre et sait de quoi il parle, dans quel contexte, au Moyen-Orient notamment. Sans en faire un « fondu pro-israélien », on relève une absence de cette hostilité tant cultivée au long de ces années post-gaulliennes (depuis 1967). Cette neutralité apparente, qu’on veut croire bienveillante, correspond aussi à la posture de son patron, Emmanuel Macron, qui annonçait (à tout le moins) sur Radio J que tous les conférences de la Paix, du type de la dernière en date à Paris ne rimaient à rien, non plus qu’une reconnaissance « unilatérale » française, puisqu’elle entravait plutôt les négociations qu’elle n’y aidait. De ce point de vue, la position américaine traditionnelle reprenait ses droits, après ce parti-pris français pro-palestinien, affiché depuis 2010 et Bernard Kouchner, il faut bien le dire, à la demande du Président d’alors et pro-Qatari incorrigible, Nicolas Sarkozy. Un dossier à suivre, mais où on ne doit pas s’attendre trop vite à trop de mauvaises surprises.

D’autre part, l’idée de défense européenne est une façon (encore très contrainte) d’échapper à la tutelle de l’OTAN, marquée par son immobilisme du fait de la présence à ses deux extrémités : 1) Des Etats-Unis qui s’en servent comme armée auxiliaire ; 2°) de la Turquie dirigée par le Frère Musulman trucideur de Kurdes Recep Tayyip Erdogan.

La question est de savoir s’il y a un espace d’autonomie que cette défense européenne pourrait acquérir, en se chargeant de missions propres. Une autre question est celle d’un éventuel rapprochement avec plusieurs axes de défense au Moyen-Orient et en Méditerranée :

  • les Kurdes sont communément appuyés par certains Européens, dont la France et l’Allemagne, lesquels parallèlement prennent leur distance avec le régime turc.
  • l’Axe méditerranéen de Défense est actuellement assuré par l’Italie-la Grèce-Israël, parallèlement au développement des bassins off-shore partagés entre Israël-Chypre-la Grèce et l’Egypte. La vente de Rafale et de bateaux Mistral à l’Egypte, en ce sens est de bon augure. (Un tel axe correspond aussi à la 8ème Circonscription des Français à l’étranger).
  • Moins explicitement, le front de défense de l’Europe concerne les difficultés engendrées par le conflit en Ukraine et les menaces implicites de propagation russe que redoutent (subjectivement ou non) certains ex-pays satellisés à l’Est, comme les pays baltes (Lituanie, Lettonie, Estonie), la Pologne, et d’autres à un degré moindre (Hongrie, Roumanie). La Bulgarie reste très pro-russe, dans cette configuration. Plusieurs de ces pays font appel aux technologies israéliennes pour assurer leur défense anti-missiles et leur cyberdéfense. Ils sont aussi à l’image des frictions frontalières ou aériennes potentielles entre Israël et la Russie, en Syrie (Golan et Sud-Syrien).

Sur ce dossier, que penser des nominations de deux Pro-Palestiniens réputés dont les noms ont agité la judéosphère, ces dernières semaines, à savoir :

  • Richard Ferrand, chargé de la « Cohésion » des territoires, on a envie d’ajouter : des Territoires perdus de la République en panne : son travail principal sera de ressouder, si possible un sentiment de cohésion nationale, entre les populations et électorats des Villes (macronistes) et celles des champs (devenues gravement lepénistes, dans l’entre-deux tours). On peut aussi lui imputer le devoir de raccrocher les wagons des banlieues-zones de relégation et d’émeutes avec les centre-villes plus huppés et éduqués. La mission paraît relever de l’impossible et elle sera cruciale pour la crédibilité de ce gouvernement, à savoir qu’il saura éviter tout sentiment de dislocation et de Balkanisation. A ce titre, il n’a pas intérêt à semer les germes de la haine ou à souffler sur les braises en poursuivant son militantisme favorable à BDS et aux frais de fonctionnements de la cause palestinienne… Si l’argument démagogique peut passer auprès de son public de banlieue, il rentrera en conflit avec une partie du gouvernement qui pense différemment et plus sainement.
  • Christophe Castaner se voit propulser porte-parole du Gouvernment et des relations avec le Parlement : c’est un poste qui correspond plus à la restitution de décisions prises collégialement qu’au fait d’en arrêter par soi-même. Ceci ne retire aucun caractère de capacité d’influence à ces deux postes précités.
  • Le nouveau Ministre d’Etat, de l’Intérieur, Gérard Collomb, n’est pas officiellement nommé de fait : Ministre des Cultes, contrairement à de précédents gouvernements. Âgé de 70 ans, on peut croire que c’est au titre de la fidélité qu’il a reçu cette nomination, mais que celle-ci ne lui fera pas (physiquement et moralement) de cadeau, car c’est un Ministère particulièrement « chaud bouillant » de ces dernières années, au moins depuis 2012 (sinon avant). Il dispose d’une grande expérience de la sécurité, au titre de Maire de Lyon (depuis 40 ans sans discontinuer) et Conurbation de la COURLY et devra démultiplier ce dossier à l’échelle nationale. Le responsable régional de la DGSI en Rhône-Alpes est le Commissaire Divisionnaire Amin Boutaghane, dont l’expérience pourrait être utile dans la refonte des services, telle que souhaitée par le nouveau Président…
  • Lyon est aussi jumelée à BeerSheva, qui se trouve être l’un des fleurons actuels de la cyberdéfense et il y a certainement là des rapprochements à effectuer, en vue d’améliorer l’ensemble des dispositions anti-terroristes et le démantèlement des filières délinquance-prison-grande banditisme-radicalisation-terrorisme. Rappelons tout simplement que le siège d’Interpol (le nom complet en français est Organisation internationale de police criminelle (OIPC), doté d’un Centre Européen d’anti-terrorisme, se trouve à Lyon. On voit le parallèle que l’on peut faire avec le travail de Sylvie Goulard aux Armées et celui de Le Drian aux Affaires étrangères : une sorte d’intégration, d’interpénétration des deux entités européenne et nationale sur la base du partage d’expérience et du travail de terrain sur les enquêtes approfondies.
  • A ce sujet, on sait aussi qu’Emmanuel Macron entend conserver auprès de lui une cellule anti-Daesh travaillant 24h/24.
  • François Bayrou à la Justice ne pourra pas faire pire que Taubira et devrait jouer le consensus. Là encore, le besoin de modernisation et de mise à niveau, tout simplement, en affolerait plus d’un an, puisque la Justice française est classée au même rang, dans ses capacités d’absorption des dossiers, que la Moldavie (autant dire qu’elle est préhistorique).
  •  La droite, sarkozyste pour le Ministère du Budget, avec Gérald Darmanin et Le Mairiste, avec Bruno Le Maire à Bercy rafle la mise économique, ce qui hôte à la droite classique le monopole de la critique éventuelle d’un gouvernement jugé « trop à gauche » ou dans la continuité hollandiste…. Ce ne sont pas, non plus, a priori, des personnalités réputées défiantes à l’égard des échanges avec Israël. Au contraire, Bruno Le Maire avait vivement critiqué l’initiative française de reconnaissance unilatérale d’un Etat Palestinien, lancée par Hollande, Fabius, Ayrault et taxé l’absention à l’UNESCO « d’erreur politique et morale »..
  • La nouvelle Ministre de la Santé, le Dr Agnès Buzyn, nous est organiquement reliée : sa famille paternelle est originaire de Lodz en Pologne où son oncle a été fusillé par les Nazis en octobre 1940. Ses grands-parents et son père, à l’âge de quinze ans, ont été déportés à Auschwitz. Seul son père, Elie, en revient et s’installe quelques années plus tard en France. Sa mère, Etty est enfant cachée, devient psychologue. Elle est mariée en secondes noces à Yves Lévy, directeur général de l’INSERM, et mère de trois enfants
  • Mounir Majhoubi, chargé du numérique, âgé de 33 ans, a ouvert en 2010, une entreprise qui marche fort, avec un développeur appelé Marc-David Choukroun (bien qu’il soit assez courant de rencontrer des Juifs dans le petit monder du numérique).

Il serait trop long de détailler l’ensemble des CV des différents ministres, certains méritant qu’on apprenne à mieux les connaître, à l’usage, en admettant que nous n’ayons pas là un simple Gouvernement de brève transition, dans l’attente du prochain, post-législatives, celui-là.

 

Par Marc Brzustowski, pour ©JForum.

Les nommés sont :

«Sur proposition du premier ministre, le président de la République a nommé:

– M. Gérard Collomb, ministre d’État, ministre de l’Intérieur

– M. Nicolas Hulot, ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire

– M. François Bayrou, ministre d’État, Garde des Sceaux, ministre de la Justice

– Mme Sylvie Goulard, ministre des Armées

– M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères

– M. Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des territoires

– Mme Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé

– Mme Françoise Nyssen, ministre de la Culture

– M. Bruno Le Maire, ministre de l’Économie

– Mme Murielle Pénicaud, ministre du Travail

– M. Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale

– M. Jacques Mézard, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation

– M. Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des comptes publics

– Mme Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, et de l’Innovation

– Mme Annick Girardin, ministre des Outre-Mers

– Mme Laura Flessel, ministre des Sports

– Mme Élisabeth Borne, ministre auprès du ministre d’État, ministre de la Transition écologique chargée des Transports

– Mme Marielle de Sarnez, ministre auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, chargée Affaires européennes

Sont nommés secrétaires d’État:

– M. Christophe Castaner, chargé des Relations avec le Parlement, Porte-parole gouvernement

– Mme Marlène Schiappa, chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes

– Mme Sophie Cluzel, chargée des Personnes handicapées

– M. Mounir Mahjoubi, chargé du Numérique

Le président de la République réunira le Conseil des ministres le jeudi 18 mai 2017 à 11 heures».

6 commentaires

  1. A la première tentative de 49.3 la demande de confiance rejetée renverra ces ministres dans leurs maisons…tout cette mascarade ne tiendra pas au premiers debats parlementaires , on reverra l’union sacrée des anti macron faire exploser ces rêves d’unité, la constitution actuelle est construite pour un.president disposant d’une majorité parlementaire qui le soutien , sans cette majorité le système s’écroule, je pense donc que tout ceci est une mascarade visant a pousser macron a dissoudre la futur assemblée et parvenir a une cohabitation , ce qui lui permettra de profiter pendant 5 ans des largesses de la republique sans se fatiguer…en tant qu’enarque il connait parfaitement le fonctionnement de nos institutions et il sait que sans majorite il ne pourra rien faire…au mieux il expliquera aux francais qu’il a fait de son mieux mais que l’opposition c’esy liguée contre lui, en ayant auparavant tout fait pour que la future cohabitation se mette en place et lui permette de voyager sans contraintes….

  2. Un gouvernement peut être pour 1 mois, ne prenez pas vos rêves pour des realites, Trump etait le plus proisraelien aux dires de Bibi et aujourd’hui il n’en est rien.

  3. Et si …
    Et si D.ieu était de retour, après un long silence, son temps ne s’écoule pas à la même vitesse que le nôtre
    Réfléchissez, tous ces événements inattendus, ces élections où rien ne se passe comme prévu ou comme d’habitude
    nous étions habitués à ce silence de D.ieu
    Alors tous ces commentaires, dans un sens ou dans l’autre, n’y changeront rien … D.ieu fera ce qu’il voudra et nous, nous sommes des jouets

  4. Intéressante analyse.
    Remarquons qu’il y a beaucoup de femmes dans ce gouvernement, à des postes qui réclament à la fois beaucoup de compétences et de qualités humaines. C’est un bon point.
    Pas sûr que Collomb à l’intérieur et Bayrou à la Justice soit le bon casting (je les aurai plutôt vu pour d’autres ministères), mais on verra bien.
    Il est aussi possible que les choses bougent après les législatives, selon les résultats.

Déposer un commentaire