Trump et les espions

Trump et les espions

Espion américain
Sans aucun doute la tournée proche-orientale de Donald TRUMP est l’évènement majeur de cette région car outre qu’elle constitue le 1er voyage du président américain en dehors des Etats-Unis, elle devrait permettre une véritable mise au point des rapports politiques et militaires de ce pays avec ses alliés saoudiens et israéliens et de voir si ces 2 puissances régionales peuvent, contre toute attente, se rapprocher encore plus contre des ennemis communs, les saoudiens pouvant entraîner avec eux notamment les émirats.

Donc aucune ambiguïté : le Président TRUMP fait la tournée des popotes pour affirmer et confirmer le retour de l’Amérique, comme il le dit haut et fort.

Personnellement je n’en ai aucun doute et il l’a déjà démontré en envoyant 59 missiles contre un aéroport syrien dans l’affaire des bombardements au gaz sarin par Assad sur sa propre population. Mais pour circuler dans l’allée en gravier il ne faut pas écraser les jolies fleurs qui la bordent.
Clairement cela veut dire qu’il ne faut pas prendre le risque de perdre ces espions,  combattants de l’ombre qui ne seront jamais récompensés au grand jour et dans le cas qui nous intéresse ont peut-être sauvé la vie de plusieurs centaines de personnes sans compter toutes les conséquences collatérales.
Les bavardages intempestifs du Président TRUMP, selon certains, auraient, je le dis au conditionnel bien sûr, auraient donc mis en danger de mort ceux qui travaillent pour le Mossad en Syrie au milieu des terroristes de l’Etat Islamique. Et bien pire auraient cassé des mois voire des années de travail de pénétration des milieux terroristes islamistes.
Dans ces milieux du renseignement et surtout les services des pays occidentaux proches, tout peut arriver et personne ne dit jamais la vérité complète. Evidemment apprenant le danger imminent dans un pays ami, l’alarme sera déclenchée. Mais la source sera soigneusement dissimulée ne serait-ce que pour la garder pour soi tout seul.
Ceci explique, avec aussi évidemment des motifs hautement politiques, les charges contre le Président Trump. Alors, comme rien n’est jamais gratuit, Israël pourrait-elle profiter de cette erreur de la même manière qu’elle a payé le prix de l’affaire Jonathan Pollard, prix qu’elle paye encore, peut-être que ce sera là l’occasion d’obtenir l’autorisation pour l’ancien espion de quitter le territoire américain pour aller où il le souhaite après avoir payé très, très cher ses erreurs ?
Mais aussi pour les américains juifs d’être libérés de ce soupçon qui leur fait perdre parfois certains emplois, certaines responsabilités. Pourrait-on imaginer en France que l’on refuse certaines places à des hommes ou des femmes de religion chrétienne sous prétexte que par le passé des traîtres à la France, des espions au profit de pays ennemis étaient eux aussi chrétiens ?
 L’image contient peut-être : 1 personne
Editorial sur Radio J de Serge Hajdenberg, Président de Radio J du VENDREDI 19 MAI 2017 – 23 IYAR 5777

1 commentaire

  1. […] Personnellement je n’en ai aucun doute et il l’a déjà démontré en envoyant 59 missiles contre un aéroport syrien dans l’affaire des bombardements au gaz sarin par Assad sur sa propre population. Mais pour circuler dans l’allée en gravier il ne faut pas écraser les jolies fleurs qui la bordent. Clairement cela veut dire qu’il ne faut pas prendre le risque de perdre ces espions,  combattants de l’ombre qui ne seront jamais récompensés au grand jour et dans le cas qui nous intéresse ont peut-être sauvé la vie de plusieurs centaines de personnes sans compter toutes les conséquences collatérales. Les bavardages intempestifs du Président TRUMP, selon certains, auraient, je le dis au conditionnel bien sûr, auraient donc mis en danger de mort ceux qui travaillent pour le Mossad en Syrie au milieu des terroristes de l’Etat Islamique. Et bien pire auraient cassé des mois voire des années de travail de pénétration des milieux terroristes islamistes. …Lire la suite […]

Déposer un commentaire