Trump pourrait bombarder le Tora-Bora de Daesh dans le Sinaï©

Trump pourrait bombarder le Tora-Bora de Daesh dans le Sinaï©

Des missiles de croisière Tomahawk pour faire tomber le Quartier-Général de Daesh dans le Sinaï 

La flotte américaine en Méditerranée fait mouvement pour se mettre en position, prête à répondre à l’ordre de frapper par des lancements de missiles de croisière Tomahawk, pour procéder à un assaut contre les bastions montagneux de l’Etat Islamique, dans le Sinaï Central, selon les sources des renseignements militaires et antiterroristes de Debkafile.

Il s’agirait alors de la seconde frappe américaine en un mois contre une cible moyen-e, après que 59 missiles de croisière Tomahawk aient détruit un cinquième de la base aérienne de Shayhat appartenant à l’armée de l’air syrienne, le 7 avril, en représailles à l’attaque chimique présumée d’Assad contre des civils syriens près de Homs.

La perspective d’une attaque américaine aux missiles dans le Sinaï élèverait la guerre contre Daesh au Moyen-Orient à un nouveau stade. Cela serait le fruit des discussions qui se sont déroulées au cours de la visite du Président égyptien Abdel Fattah El Sissi à la Maison Blanche le 3 avril.

Il a expliqué à son hôte, le Président Donald Trump l’immense difficulté que rencontrent ses troupes à vaincre la filiale de l’Etat Islamique dans le Sinaï, alors que ses quartiers-généraux sont creusés au sein d’un réseau inter-connecté de tunnels et de cavernes au cœur du Jabal Halal, dans la Péninsule. Surnommés le « Tora Bora du Sinaï », les routes approchant de cette robuste montagne sont rares et éloignées, ce qui est commun avec le réseau de cavernes afghanes près de la frontière pakistanaise, qui a été détruit le 13 avril par la plus grosse bombe non-nucléaire, la GBU-43/B, de tout l’arsenal américain.

Le dernier assaut égyptien contre ce bastion de Daesh, fait de hautes montagnes imposantes, s’est déroulé le 2 avril, peu de temps avant qu’El Sissi ne fasse le voyage pour Washington. L’armée égyptienne a annoncé que 31 terroristes avaient été tués et qu’un certain nombre de cavernes et de grottes servant de dépôis d’armes et de munitions avaient été détruites.

Mais les dégâts n’ont pas été suffisamment dévastateurs pour interrompre les opérations des terroristes islamistes, rapportent les sources des renseignements militaires de Debkafile. La plupart des terroristes se sont échappés avec l’aide de certains de leurs alliés parmi les tribus bédouines , familiers des moindres recoins de la Péninsule désertique, les ont guidé vers de nouvelles grottes encore plus inaccessibles aux hommes de troupe de l’armée égyptienne.

Leurs nouveaux quartiers-généraux ne peuvent être détruits que par des missiles de croisière capables d’exploser sous terre.

Les Egyptiens et les Américains pensent que si le système caverneux du Jabal Halal abrite le centre de commandement centrale du Wilayat -Sinaï de Daesh et qu’il est détruit, on pourrait écourter la durée de sa longue campagne terroriste. L’afflux de ressources humaines terroristes, d’armes et d’explosifs depuis ces montagnes jusqu’aux réseaux qui terrorisent les populations et les forces égyptiennes du Nord Sinaï pourrait alors être progressivement asséché.

Le Jabal Halal est aussi le foyer central des réseaux de trafic d’armes de Daesh, grâce auxquels les combattants et les armes sont transférés depuis le Sud de la Libye vers le Sinaï et l’Egypte. Le frapper durement infligera également un revers retentissant à tout ce trafic.

Une décision finale de procéder à un assaut de missiles américains contre le Sinaï central dépend entièrement du Secrétaire à la Défense, Jams « Mad Dog » Mattis. Il doit précisément arriver au Caire ce mercredi 19 avril, alors qu’un attentat contre un checkpoint policier s’est déroulé le matin même de son arrivée, à l’entrée du Monastère Sainte Catherine…

DEBKAfile  Reportage Exclusif 18 Avril 2017, 4:47 PM (IDT)
Adaptation : Marc Brzustowski

Pas de commentaires

Déposer un commentaire