Messages de soutien à NKM victime d’un malaise après une agression

Messages de soutien à NKM victime d’un malaise après une agression

Top French right-wing candidate Nathalie Kosciusko-Morizet blacked out for several minutes after clashing with a protester at a Paris market GEOFFROY VAN DER HASSELT (AFP)

Sur un marché de la 2e circonscription de Paris, où elle est candidate LR-UDI, l’ancienne ministre a été insultée par un homme, qui lui a jeté ses tracts au visage. Une enquête a été ouverte.

La campagne de second tour des élections législatives a tourné à l’aigre, jeudi, dans la 2e circonscription de Paris. La candidate LR-UDI, Nathalie Kosciusko-Morizet, a été agressée par un homme d’une cinquantaine d’années sur le marché de la place Maubert, dans le Ve arrondissement. L’homme lui a arraché ses tracts pour les lui envoyer au visage tout en l’insultant de «bobo de merde», selon un journaliste de l’AFP présent sur place.

Tombée à terre, l’ancienne ministre a fait un malaise et a perdu connaissance pendant plusieurs minutes. Les pompiers sont intervenus pour prendre en charge la candidate qui a ensuite repris connaissance. Se tenant la tête, elle a été installée dans leur camion et conduite à l’hôpital Cochin. «Son équipe donnera dans les meilleurs délais des nouvelles de son état de santé», assure l’entourage de NKM dans un communiqué. Selon une source médicale, elle souffre d’un traumatisme crânien bénin.

L’agresseur d’une cinquantaine d’années, pantalon beige et chemise à carreaux, a pris la fuite en direction du métro en lâchant: «C’est votre faute si on a Hidalgo aujourd’hui comme maire». Ajoutant: «Retournez dans l’Essonne!», département dont NKM est députée actuellement. Un bénévole de l’équipe, Jean-Baptiste Goulard, l’a poursuivi pour tenter de le rattraper. L’homme s’est engouffré dans le métro, à la station Maubert. Le bénévole a tenté de l’en empêcher, sans succès, puis a voulu faire en sorte qu’il ne descende pas à la station Cluny. Là encore, l’agresseur y est parvenu. La course poursuite s’est poursuivie cette fois-ci en dehors du métro en direction de Saint-Michel: l’agresseur s’en est alors pris à son poursuivant, faisant tomber ses lunettes, et profitant de l’occasion pour s’échapper. Le militant a ensuite transmis des éléments de signalement à la BAC, présente sur les lieux. Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour violence volontaire.

La maire PS de Paris Anne Hidalgo, Gilles Le Gendre, candidat de la République en Marche concurrent de NKM, et de nombreuses autres personnalités politiques ont exprimé jeudi leur soutien à Nathalie Kosciusko-Morizet, victime dans la matinée d’un malaise après une altercation.

« Je tiens à témoigner à NKM toute ma solidarité et lui souhaite de se rétablir au plus vite après cette agression », écrit sur Twitter la maire de Paris dont NKM est la cheffe de l’opposition Les Républicains.

« Je condamne avec la plus grande fermeté l’agression dont a été victime NKM. C’est un acte lâche et intolérable », ajoute-t-elle.

Gilles Le Gendre (REM), en ballottage favorable face à la candidate LR dans la 2e circonscription de Paris, indique pour sa part : »Je suis navré d’apprendre l’altercation et le malaise dont NKM a été victime. Je lui souhaite de se rétablir très vite ».

Il a annoncé par la suite la suspension de sa campagne pour les législatives sur Twitter.

« Je condamne à nouveau fermement l’agression dont a été victime NKM et je suspends ma campagne électorale », a indiqué le candidat de La République en marche sur Twitter.

Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate LR aux législatives, est tombée et a perdu connaissance plusieurs minutes jeudi matin après une altercation avec un passant, en campagne sur un marché dans le Ve arrondissement. La candidate a été hospitalisée.

De nombreuses autres personnalités politiques ont également réagi sur Twitter.

Des personnes portent assistance à Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate LR aux législatives à Paris, qui a fait un malaise après une altercation avec un passant, le 15 juin 2017 sur un marché du Ve arrondissement de Paris GEOFFROY VAN DER HASSELT (AFP)

L’ancien Premier ministre Manuel Valls a exprimé toute sa « solidarité avec NKM à qui j’adresse soutien et affection. Je condamne cette agression intolérable que rien ne pourra justifier ».

L’ex-porte-parole du gouvernement de Manuel Valls Stéphane Le Foll a transmis « un message de solidarité face à cet acte inadmissible en démocratie ».

Le sénateur LR Jean-Pierre Raffarin a écrit : « J’adresse toute mon affection à Nathalie. Je condamne toute forme de violence en politique et j’appelle au respect des adversaires ».

Le maire LR de Bordeaux Alain Juppé a déclaré: « Témoignage d’amitié et de soutien à NKM qui mène un combat courageux. Nous avons besoin d’elle. Vœu de prompt rétablissement ».

« La violence en politique n’est pas acceptable. Soutien total à NKM », a écrit pour sa part le vice-président de LR Laurent Wauquiez.

Dans un communiqué, Eric Azière, président du groupe UDI-MoDem du conseil de Paris, a exprimé son « amitié » à la candidate, et « condamné avec force le comportement invraisemblable et agressif » du passant, en ajoutant que « la politique doit rester un débat d’idées ».

Source : I24 News

Pas de commentaires

Déposer un commentaire