Macron : reconnaître l’Etat Palestinien ne sert à rien©Vidéo

Macron : reconnaître l’Etat Palestinien ne sert à rien©Vidéo

Image : visite de campagne à Bagnères de Bigorre le 12 Avril 2017. ERIC FEFERBERG/AFP

Macron : La reconnaissance unilatérale d’un Etat de Palestine par La France « ne servirait l’intérêt de personne »

Emmanuel Macron, candidat centriste d’une campagne présidentielle au coude-à-coude avec la meneuse de la droite extrême Marine Le Pen, a déclaré -contrairement à B. Hamon, L. Fabius, F. Hollande et consorts du PS, mais surtout J-L Mélenchon au moment où celui-ci est au plus haut dans les sondages- qu’une telle reconnaissance « provoquerait de l’instabilité ». 

Le candidat présidentiel français Emmanuel Macron s’est prononcé contre les efforts visant à faire reconnaître unilatéralement l’Etat de Palestine. S’exprimant sur Radio J, Macron a ouvertement rompu avec la politique consacrée par le gouvernement en place et affiché que la reconnaissance de l’Etat de Palestine « ne servirait les intérêts de personne » en affirmant qu’un tel geste ne ferait que générer plus « d’instabilité » encore. « La clé, c’est de reconnaître Etats vivant dans ce même secteur, par un travail de rééquilibrage en vue de bâtir la paix », a déclaré Macron. « Si la France s’engage dans une reconnaissance unilatérale d’un Etat Palestinien, nous contribuons alors à une perte d’équilibre et nous affaiblissons la capacité de la France à jouer un rôle dans la stabilité régionale et dans ce conflit ».

Macron et La cheffe de la droite radicale Marine Le Pen s’accorchent aux positions de favoris dans la campagne présidentielle aux écarts faibles, ce mardi, mais les résultats imprévisibles poussent certains sondeurs à calculer et envisager les scénarios aux issues les plus inattendus.

Lors d’un nouveau rebond de cette élection à deux tours, Jean-Luc Mélenchon, un vétéran d’extrême-gauche qui, pour l’essentiel de la campagne, a été relégué dans les rangs des sans-espoir à ditdes leaders, vient de resurgir dans le groupe des quatre de tête et ne se trouve plus qu’à quelques points derrière les trois dominants.

Malgré que certains commentateurs envisagent ce défi posé par Mélenchon comme une bulle artificielle qui peut vite imploser, son surgissement dans le peloton de tête a injecté d’autant plus d’incertitudes quant aux résultats de cette course à l’Elysée, dans laquelle on apparaît à beaucoup comme le favori indépassable.

Certains investisseurs soupèsent même la possibilité que Mélenchon parvienne jusqu’au second tour contre Le Pen, un affrontement entre les deux archi-rivaux des extrêmes de gauche et de droite qui ferait marcher la politique française sur la tête et plongerait le pays dans le chaos, l’anarchie et/ou la guerre civile. Cette campagne présidentielle mouvementée est devenue de plus en plus amère, ces dernières semaines, alors que les candidats aperçoivent désormais la dernière ligne droite avant la ligne d’arrivée.

Le premier tour ayant lieu le 23 avril, quand les rangs des 11 candidats devront passer à deux, Macron et son rival conservateur François Fillon, qui se battent pour l’acquisition des votes de centre-droit, ont mis le programme de l’un et de l’autre dans leur ligne de mire.

Fillon, ancien Premier Ministre qui détient la troisième place dans la plupart des sondages, en dépit du scandale créé par les versements de fonds publics à sa famille, qui a porté préjudice grave à l’ensemble de sa campagne, a désigné Macron comme étant un « menteur ».

Macron a répliqué sur Sud Radio en disant : « M. Fillon est un homme de peu de valeurs ».

Les sondages démontrent que Macron et Le Pen, dirigeante du Front National anti-immigrés et anti-Islam, conservent encore plusieurs points d’avance sur Fillon et Mélenchon au premier tour- un positionnement qui les enverrait tout droit au face-à-face, le 7 mai.

L’un des récents sondages d’Elabe menés par les groupes de presse L’Express et BFMTV les mettent à 23 points tous deux, avec un demi-point de moins quela semaine passée. Le sondage Elabe met Fillon à 19% et Mélenchon à 17%.

Selon la projection d’Elabe, Macron, ancien banquier et Ministre de l’économie du gouvernement socialiste, poursuivrait en battant facilement Le Pen, lors de la finale le 7 mai [cela dit, le FN serait en posture d’être le principal parti d’opposition en France, avec un mouvement « En Marche » qui n’est pas encore un « parti »proprement dit » capable d’une vraie représentation à l’Assemblée Nationale ». On marche donc surotut vers l’inconnu et une instabilité politique quasi-inévitable, dans tous les cas de figure]. D’autres sondages apportent un tableau général assez similaire.

Roni Bar
Contributrice du Haaretz

Roni Bar et Reuters le 12 avril 2017 6:18 PM
Source : haaretz.com

 

 

Selon Macron, favori de l’élection présidentielle, l’antisionisme débouche directement sur l’antisémitisme. 

EMMANUEL MACRON talks with residents during a presidential campaign visit yesterday in Bagneres de B

EMMANUEL MACRON parle aux résidents de Bagnères de Bigorre, France.. (photo credit : REUTERS)

PARIS – Son interview sur Radio-J a servi à ouvrir les yeux de tous – autant sur son approche des questions du yen-Orient en général – sur la Guerre en Syrie et le conflit palestino-israélien en particulier.

Quand on lui a demandé si l’Iran et le Hezbollah pouvaient être considérés comme des alliés, à llumière de leur combat contre l’Etat Islamique, Macron a apporté une réponse forte, ferme et entièrement négative :  » François Fillon, à un certain moment, en 2015, a présenté une approche indulgente envers le Hezbollah.

C’était il n’y a pas si longtemps que cela, et je ne pense pas que le Hezbollah ait changé profondément depuis. Il ne peut y avoir aucune indulgence concernant le Hezbollah« . L’Iran sera sûrement assis à la table des négociations quand sera discutée la transition vers une nouvelle Syrie, « Mais cela ne signifie pas que nous deviendront les « alliés » de l’Iran » a t-il ajouté.

Macron s’est avéré également très direct dans sa façon de parler d’Iël et des Palestiniens. « Ma ligne est claire : Nous sommes les Amis de l’Etat d’Israël et des partenaires de la sdécurité d’Israël. Nous serons toujours dans ce camp-là…  En même temps, depuis le début, la France a toujours travaillé à la reconnaissance de deux Etats. Et dans ce cadre, j’aimerais progresser vers la reconnaissance de deux Etats et accompagner les efforts pour pacifier la région ».

« La politique de Netanyahu, en ce qui concerne les implantations, n’aide pas beaucoup. Cela ne contribue pas à pacifier la région ni à stabiliser le conflit. La nature de cette politique n’augmente pas la sécurité collective ».

« … C’est pourquoi je mettrai toute mon énergie à travailler avec d’autres afin de créer une atmosphère pacifique qui pourrait nous conduire à un accord de paix ». Comme la plupart de ses rivaux politiques, officiellement – François Fillon, à droite et Benoît Hamon, à gauche – Macron d’oppose à toute tentative de boycotter Israël. Même quand il était Ministre de l’économie, Macron a exprimé ses objections face aux campagnes de BDS, plus spécifiquement, quand il s’est rendu en visite en Israël et dans les territoires de l’Autorité Palestinienne, en 2015.

« La Loi française l’interdit », déclarait alors Macron. « Il existe plusieurs lois contre le boycott. Il n’est pas question de changer la Loi et pas question d’agir avec indulgence ou complaisance à ce sujet. Pour moi, ce sont des mouvements profondément antisionistes et, par conséquent,profondément antisémites ». Faisant référence à une manifestation de BDS dans le centre de Paris (Châtelet), le 1er avril, Macron a ajouté : « Ces gens-là se trompent de route… en éradiquant complètement notre propre historie.Je condamne cette approche, à la fois surle plan légal et politique ». Macron a conclu : « Vous êtes tous au courant de mes désaccords avec l’ancien Premier Ministre Manuel Valls, ce qui m’a poussé à fonder mon propre mont « En Marche ». Mais concernant cette question, je suis totalement d’accord avec lui, à propos du fait que l’antisionisme débouche directement sur l’antisémitisme ».

jpost.com

13 commentaires

  1. Minable 1 tu connais rien de l’histoire d’Israel, nous ne colonisons personne, la france a colonisé l’Algérie et d’autre pays dans son histoire, le sionisme est légitime et je persiste et signe oui ´l’antisionisme est de l’antisémitisme que cela te plaise ou pas ca ne changera rien aux lois en vigueur ! Pour ton info il y a des arabe Israelien heureux de vivre en Israel et meme des politiciens, et pour finir si il y a des juifs antisioniste beh personne n’est parfait j’ose espérer que cette minorité change et fasse téchouva , am Israel haii !

  2. Pour une fois que nous allons avoir bevrat hashem un homme de conviction qui a su avec franchise quitter son poste de ministre pour se présenter aux élections, il se fait insulter , surement par des haineux d’extréme droite ou gauche , jaloux que son programme a fait que Mr Macron arrive premier , et Mr Macron a raison de dire que l’antisionisme est de l’antisémitisme ,

  3. Menteur! Tu n’es qu’un menteur de la pire espèce! Tu as trahi François Hollande par pure ambition personnelle.
    Tu t’es comporté comme les rats qui quittent le navire en cas de naufrage, car tu ne voulais pas couler avec lui.
    Tu as déserté au moment où il chutait vertigineusement dans les sondages.
    J’espère que dimanche prochain tout le monde s’en sera aperçu. La preuve de ce je dis, c’est que Valla votera pour toi, il l’a dit.

  4. C’est là qu’on découvre la vraie nature de rat antisémite de Macron; quand il assène des contre-vérités et qu’il place intentionnellement la charrue devant les bœufs. Il faut vraiment n’avoir aucune valeur pour mentir autant. Et le pire, c’est qu’il a l’air de croire ce qu’il dit. Ce n’est pas l’antisionisme qui débouche sur l’antisémitisme. Et le malheur, c’est, que comme disait STALINE: « un mensonge, plus il gros, mieux il passe ».
    En plus il veut nous faire avaler que d’être anti-ISRAËL, ce n’est être anti-JUIF! Il prend vraiment le monde pour des cons! Il ment, en disant cela, car il sait que ce n’est pas vrai, et que c’est le contraire. Il est impossible
    d’être anti-ISRAËL si on n’est pas essentiellement et viscéralement d’abord et, avant tout, anti-JUIF.

    • La question est :
      Pourquoi s’acharner à vérifier le nombre er l’ampleur des mensonges d’un politicien, quand on sait que :
      1. nous mentons tous environ 200 fois / jour (en vrac)
      2. nous savons du reste que le mensonge est un des instruments du politicien et nous admettons ce fait, puisque
      3. ce n’est pas ce qui permet de distinguer lequel sera le meilleur gouvernant.

      Ne serait il pas plus juste de se pencher sur les PROGRAMMES des différents candidats? Car là, celui de Macron présente bien des aspects très intéressants.

  5. REPUBLIQUE AUTONOME DE GAZA
    ON NE FERA PAS DISPARAITRE LE 1,5MILLIONS D HABITANTS POUR QUOI NE PAS TRANSFORMER CE GUETHO EN ILOT DE PROSPÉRITÉ AVEC LE TOURISME EN AMENAGEANT LES PLAGES AVEC DES HOTELS ET EN CREANT UNE INDUSTRIE DE LA PECHE RIEN NE RESISTE A LA PROSPERITE
    JEAN-JACQUES BAUER

  6. Biensur et dans quelques mois lui président dira que non il faut trouver une solution a cette situation dramatique etc etc du conflit israélo palestos.. démagogie quand tu nous tiens …

Déposer un commentaire