« L’espion kurde d’Israël » obsède le Liban©

« L’espion kurde d’Israël » obsède le Liban©

L’Affaire de « l’espion kurde d’Israël » obsède le Liban

Les médias libanais couvrent, en long et en large, le récit concernant un citoyen kurde d’Irak que le Liban prétend avoir été déployé par Israël afin de devenir le fer de lance d’un réseau d’espionnage au Liban.

Au-delà du dossier (fondé ou pas) d’espionnage, remonte à la surface la méfiance et la crainte arabo-chiite envers les minorités, la question d’une possible partition de l’Irak, l’affaire du « couloir terrestre » voulu par l’Iran dans le Sud de la Syrie, à l’heure de la prise de Raqqa par les Kurdes syriens et de la crise du Qatar dans le Golfe.  On a signalé la coopération turco-iranienne visant à déstabiliser la lutte kurde contre Daesh, dans le Nord de la Syrie. Si les affaires antérieures concernaient des frontaliers passés clandestinement au pays du Cèdre ou des Libanais retournés, l’internationalisation des crises -notamment en Syrie, en Irak, dans le Golfe- est désormais au cœur du roman national (fortement teinté de propagande du Hezbollah) … 

 

Le Liban est aujourd’hui plongé dans la « découverte d’un réseau d’espionnage du Mossad » dans le pays. Alors que le nombre d’articles consacrés au sujet ne cesse d’augmenter, de plus en plus de détails concernant ce réseau d’espionnage présumé surgissent dans les médias locaux.

La supposée affaire d’espionnage a débuté par l’arrestation, il y a plus d’un mois et demi, « d’un agent des services secrets israéliens détenant la citoyenneté irakienne ».

Selon un reportage médiatique libanais, une investigation concernant l’homme considéré comme le cerveau de ce réseau d’espionnage a révélé que ce réseau opérait pour le compte d’un organisme de sécuritaire militaire appelé TASA ELITE [qui existe vraiment en source ouverte et publique] et dirigé par des officiers de renseignements israéliens basés au Kurdistan.

Les reportages dans les médias libanais explique que l’objectif de TASA ELITE est de recueillir des renseignements à travers tout le monde arabe, spécifiquement en Syrie, au Liban et en Irak, présumément sous l’apparence du « combat contre le terrorisme » ou de la guerre contre « les pays qui soutiennent le terrorisme ».

Ce citoyen irakien, arrêté après avoir fait l’objet d’une traque au Liban depuis une certaine période, est désigné par le patronyme incomplet de Marbin Ben Y. et il est originaire de Dahoq (Duhok ou Dahûk ou Nohadra ), une région kurde du nord de l’Irak. Il vit à Sabtia dans l’Est de Beyrouth.

Selon ces reportages, l’enquête aurait révélé que le suspect en question serait actif depuis 2011, l’année de l’éclatement du Printemps Arabe à travers tout le Moyen-Orient. On a ensuite prétendu que le suspect aurair rejoint les forces des Peshmergas kurdes dans la combat (contre Daesh). On l’accuse aussi d’entretenir une coopération sécuritaire et militaire avec Israël… et même d’avoir accueilli publiquement des conseillers sécuritaires israéliens, en affirmant qu’ils combattaient ensemble Daesh ».

 

Les reportages attestent que le suspect détenu a démenti les dires affirmant qu’il combattait avec les Peshmergas et qu’il a plutôt expliqué être arrivé dans le pays avec des membres de sa famille en novembre 2014 (soit durant la première période d’exode des populations hors des zones de combat investies par Daesh, autour de Shingal, etc.).

Il aurait aussi déclaré que depuis lors, il avait travaillé pour plusieurs entreprises qui s’occupent d’équipement médical et de distribution d’eau.

 Compte secret

Selon les médias libanais, il y a six mois, Marbin aurait reçu une requête d’ami sur Facebook d’un compte détenu sous le nom de « Ilan Nissim ». Après avoir correspondu un certain temps, Nissim se serait dévoilé en tant qu’officier des renseignements israéliens [très pratique pour ne pas se faire repérer sur Facebook…] et il aurait « demandé à devenir son ami, du fait de ses opinions, entre autres, de sa haine pour les Arabes et les Musulmans à cause de la souffrance endurée sur le plan ethnique par la secte Sarianite, qui n’obtient de soulagement et n’est tolérée qu’en Israël ».

Selon ce reportage, il a offert à Marbin de recueillir des renseignements sur le Hezbollah, l’armée libanaise et les gouvernements en Syrie,ainsi que d’enrôler d’autres agents secrets au Liban et en Irak.

Marbin a d’abord été hésitant, craignant de se faire prendre par l’agence de renseignements libanaise et d’être accusé de trahison. Cependant, les reportages prétendent qu’il se serait laissé convaincre par l’officier traitant israélien, qui l’avait rassuré en lui disant que personne ne pourrait le découvrir.

Au cours de l’enquête, Marbin aurait, dit-on, déclaré avoir recueilli des renseignements sur plusieurs endroits, comme on le lui avait demandé et qu’il avait transmis sa synthèse à son agent-traitant. Deux semaines avant de se faire arrêté, l’agent lui aurait demandé qu’il rassemble des éléments sur le lieu d’inhumation du navigateur Ron Arad [mélange de thèmes anciens et de l’actualité la plus brûlante????? Ciblage concentré des demandes ou azimutage???]. 

« Ce travail a pu se dérouler grâce à l’utilisation de comptes Facebook que Nissim lui a demandé d’ouvrir », aurait dit Marbin.

« Je n’ai jamais rencontré l’officier des renseignements israéliens, même si j’ai tout le temps voyagé entre le Liban et l’Irak » aurait-il également fait remarqué.

Il a même dévoilé avoir entraîné son frère pour l’embrigader au sein de son réseau.

Les services de sécurité libanais qui ont fouillé  dans les activités présumées de TASA ELITE, auraient découvert que Nissim en est le chef. Tel que ces reportages le déclarent, cet organisme serait constitué d’officiers triés sur le volet provenant de différentes armées à  travers le monde, dont le but est de combattre le terrorisme et le trafic illégal de civils (trafiquants de réfugiés) kidnappés par les terroristes ou par des pays qui soutiennent le terrorisme [avril 2016 : accusations récentes au Liban de proxénétisme organisé par le Hezbollah].

 

Quoi qu’il en soit, dans les médias libanais, on relève des allégations disant que les archives de l’entreprise démontrent que l’institut est constitué d’officiers et de personnels de Tsahal,utilisant l’équipement de Tsahal et même que ses activités sont identiques à celles des services de sécurité (et de renseignements) israéliens – à savoir le Mossad, le Shin Bet (l’Agence de Sécurité Intérieure) et l’unité des renseignements militaires (ou AMAN).

Selon une investigation menée et publiée par le journal Al-Akhbar, appartenant au Hezbollah, Nissim est né à Jérusalem en 1966, et il réside actuellement à New York. Selon le reportage, il est celui qui supervise des opérations en Syrie, au Liban, en Irak, au Yémen, en Afghanistan et bien plus encore.

Al-Akhbar mentionne dans son reportage que Nissim est aussi responsable de l’entraînement de soldats avec des équipements de combat, d’éliminations ciblées et d’enrôlement d’agents secrets pour le Mossad, et que les but de toutes ces activités est toujours lié au recueil de renseignements.

L’article déclare aussi que Nissim est parvenu à se rendre en visite dans plusieurs pays tout récemment, dont l’Irak, les Emirats Arabes Unis, Chypre, la Turquie, la Jordanie, le Nord de la Syrie (aux mains des Kurdes) et le côté syrien des hauteurs du Golan. Ces derniers temps, il se trouvait au Kurdistan, en Irak, auprès des Peshmergas irakiens sur la frontière.

Selon le procureur de l’armée libanaise, Marbin sera traîné en procès dans le cadre de l’accusation de « coopération avec l’ennemi israélien et de recueil de renseignements sécuritaires » et son frère sera accusé de « soupçon de coopération avec l’ennemi ».

« Enrôler Marbin du fait de ses positions et opinions sur Facebook souligne que l’ennemi prend plaisir à disséminer le racisme ethnique et confessionnel dans la région », écrit Al-Akhbar. 

 

« Les forces de renseignements et de sécurité traquent les humeurs des gens et des groupes sur les réseaux sociaux, en utilisant les sentiments des minorités et en montrant qu’Israël se présente comme le Messie pour ces groupes, en particulier à cause de l’intensification des combats en Syrie et en Irak », souligne ce reportage orienté, [en vue de l’embrigadement des minorités au sein des groupes affiliés au Hezbollah ou de la simple menace de représailles en cas d’implication].

« Israël exploite le renforcement de Daesh dans le but d’adopter un rôle de partenaire dans le « combat contre le terrorisme » au niveau tant régional qu’international, en particulier ces dernières années, par des déclarations sur les relations plus étroites tissées avec plusieurs nations arabes et à la lumière de futures relations avec la province du Kurdistan ».

 

Par YASSER OKBI/ MAARIV HASHAVUA, JPOST.COM STAFF
13 juin 2017 07:42

jpost.com

Adaptation : Marc Brzustowski.

Les articles de la presse libanaise transpirent des craintes politiques manifestes du Hezbollah et de ses serviteurs zélés du gouvernement libanais, à la fois relatives aux convergences kurdo-israéliennes et à l’égard d’autres minorités régionales, mais également des rapprochements israélo-arabes.

On peut faire l’hypothèse que Marbin paie pour les aspirations de son peuple à l’Indépendance et pour l’étrangeté que cela imprime dans le subconscient arabe et musulman, de cette existence multiséculaire de « peuples premiers » comme disait Chirac, avant les deux courants majoritaires d’Islam dans la région, qui se disputent encore le droit de faire taire toute antécédence et toute dissidence.

Plusieurs détails techniques cousus de fil blanc, pratiquant le mélange des genres, la confusion des moyens et objectifs, font douter de la crédibilité des accusations portées contre cet homme, mais aussi à l’égard du prétendu réseau. On peut, en effet, le trouver en accès libre et sources ouvertes au public, via un site de pub, ce qui semble plutôt contraire aux moindres mesures de précaution et de cloisonnement entre activités publiques et activités clandestines…

Il s’agit plus d’un patchwork, d’un manteau d’Arlequin brodé pour le faire endosser par un homme seul, -vraisemblable réfugié d’Irak bouc-émissaire- qui ne pourrait que difficilement avoir les épaules assez larges pour porter tous les péchés dont l’affuble le Hezbollah. Un témoignage direct de la fébrilité et des inquiétudes qui travaillent viscéralement l’organisation terroriste libanaise et l’Etat vassal cruel et client de l’Iran et de la Syrie, qui lui sert de marche-pied.

1 commentaire

  1. The Onex who were contacter for all kind of things busy this ilan know he is a ´mégalomane’ believing he is a great mind in poli tics business and so supposer ´spy activity’

Déposer un commentaire