Palestiniens : les Juifs empoisonnent les puits©

Palestiniens : les Juifs empoisonnent les puits©

 Les Palestiniens ravivent le vieux poncif antisémite de l’empoisonnement des puits

Qui applaudit à tout rompre?

 

Manfred Gerstenfeld interviewe Raphaël Israeli 

Raphaël Israeli 

 

« Un thème central de l’antisémitisme classique repose sur la croyance que les Juifs empoisonnent l’eau potable des non-Juifs. Le Président palestinien Mahmoud Abbas a recyclé ce thème éculé lors d’une session plénière du Parlement européen en 2016. Il a déclaré là qu’un Rabbin aurait exigé du Gouvernement israélien qu’il empoisonne l’eau potable des Palestiniens.

« C’était purement une désinformation fabriquée (fake news). Un tel rabbin n’a jamais existé. Pas plus que n’a existé le soi-disant Conseil dont il aurait été à la tête[1]. A la fin de son discours, qui contenait cette accusation rituelle d’un antisémitisme extrémiste, Abbas a recueilli des applaudissements à tout rompre et une ovation debout de la part de la vaste majorité des Eurodéputés. Le Président du Parlement européen à l’époque, Martin Schulz – actuellement candidat socialiste dominant dans le cadre des élections allemandes – avait tweeté que le discours d’Abbas était « inspiré » (!). Quelques jours plus tard, Abbas aurait prétendu avoir été mal informé à propos de ce « Rabbin ». =

Raphaël Israeli est Professeur émérite d’Histoire islamique, chinoise et moyen-orientale à l’Université Hébraïque de Jérusalem. Il a été l’auteur de 50 livres dont Blood Libel and Its Derivatives: The Scourge of Antisemitism and Poison: Modern Manifestations of a Blood Libel. [l’accusation de crime rituel et ses dérivées : Le Fléau de l’Antisémitisme ; et Poison : les manifestations modernes de l’accusation de crime rituel.]

« Palestinian Media Watch [l’observatoire des médias palestiniens] a publié une longue liste des mutations palestiniennes de l’accusation médiévale de l’empoisonnement des puits. Elles comprennent la propagation du SIDA par Israël – plus spécifiquement par des femmes adeptes de la promiscuité – ainsi que la distribution de drogues et de substances hallucinogènes. D’autres mutations de la même accusation s’appuient sur le soupçon de versement d’argent à des médecins afin de répandre des maladies parmi les Palestiniens. L’accusation d’empoisonnement est un terrain fertile pour l’imaginaire maladif des dirigeants Palestiniens. Un porte-parole des forces de sécurité de l’Autorité Palestinienne a déclaré, par exemple, qu’Israël est responsable de l’augmentation de laboratoires de fabrication de drogues illégales dans la Bande occidentale de Judée-Samarie.

« On trouve régulièrement ces accusations antisémites à la Télévision palestinienne officielle et ailleurs. Parmi ceux qui en fabriquent, il y a le conseiller de Mahmoud Abbas aux affaires stratégiques, Husam Zomlot, le Député parlementaire du Hamas, Marwan Abu Ras, le Président du Haut Conseil Judiciaire de l’Autorité Palestinienne, Sami Sarsour, le gouverneur u département de Qalqiliya Rafe Rawajbeh, et tant d’autres.

« Ces accusations malveillantes ont, en effet, une longue histoire derrière eux. Dès le début du 14ème siècle, la fausse accusation que les Juifs empoisonnaient les puits a circulé dans des régions de l’Allemagne et de France. Cela a débouché sur des meurtres de masse. Ce thème est cycliquement revenu encore et encore, au fil des siècles.

« Dans l’Union Soviétique de Staline, des médecins juifs ont été arrêtés et inculpés pour leur supposé complot visant à empoisonner Staline et l’ensemble des dirigeants soviétiques. Plusieurs ont été exécutés, d’autres exilés au Goulag, tous à cause de l’intention de décimer l’élite juive et d’en décapiter les figures prédominantes.

« L’un des exemples les plus horrifiants de scénario moderne d’empoisonnement est survenu à la ville de Pessah, en 1983, dans la Bande occidentale de Judée-Samarie, qui se trouvait alors encore sous la tutelle israélienne. Les médias israéliens révélaient alors qu’au collège des filles du village d’Arrabeh dans le district de Jénine, un empoisonnement massif s’était produit et que des adolescentes s’y évanouissaient et se plaignaient de maux de gorge et de difficultés respiratoires. Plus tard, elles ont ressenti des maux de tête, de la somnolence et des brûlures à l’estomac. Elles sont rentrées à la maison, mais dans les heures qui ont suivi, il y a eu de plus en plus d’élèves à se plaindre des mêmes symptômes.

« Les services de santé israéliens sont arrivés sur place. Les médecins israéliens et palestiniens ont inspecté la salle de classe et détecté une odeur nauséeuse. Quand, après-coup, une équipe israélienne de combattants de la pollution et des poisons est arrivée, on n’a trouvé aucune trace d’empoisonnement ni d’odeur persistance. D’abord, jusqu’à ce qu’on creuse la question en profondeur, on a pensé que les problèmes étaient provoqués par un lavabo défectueux. Le lendemain, cependant, des dizaines de filles de Jénine ont, également, été hospitalisées, suivies par des centaines d’autres provenant des autres villes et villages arabes de Judée-Samarie.

« La panique montait parmi la population palestinienne. Les meilleurs épidémiologistes d’Israël ont conclu que ce soi-disant « empoisonnement » était probablement un cas d’hystérie de masse par les adolescentes. Des journalistes autant palestiniens qu’étrangers ont commencé à accuser Israël de tenter de dissimuler son « crime odieux ». Ils ont détecté une substance jaunâtre sur les rebords des fenêtres de l’école. Quand on l’a analysée, il s’est avéré qu’il ne s’agissait simplement que d’un pollen provenant des pins qui avait été transporté par le vent.

« Les Arabes en général, les pays musulmans, suivis par la Croix-Rouge, le Conseil de Sécurité et même des nations maies ont commencé à fustiger gravement Israël. des réunions à l’ONU et des condamnations internationales ont suivi, soutenues par de nouveau reportages de presse hystériques à travers le monde entier, qui, sans investigation approfondie, accusaient le « rôle » d’Israël dans cette « affaire », alors même que personne n’avait été réellement empoisonné et qu’on n’a constaté absolument aucune séquelle sur quiconque.

« Israël a alors fait appel à l’autorité respectée du Centre de Contrôle des maladies d’Atlanta (CDC). Deux mois plus tard, ses découvertes ont confirmé c que les épidémiologistes israéliens avaient dit depuis le tout premier jour. Il s’est alors avéré que la totalité du canular était le fruit d’une préméditation, conçue et réalisée par les Palestiniens manipulant les enfants en âge scolaire.

« Des décennies plus tard, nous devons encore nous demander comment se fait-il qu’autant de gens puissent se complaire dans une telle accusation antisémite contre Israël. Ceux qui ont fait très peu voire rien du tout pour s’élever contre ce mensonge et le démentir, même quand le canular a été clairement révélé, sont l’ONU, son Secrétaire-Général, son Conseil de Sécurité et la Commission des soi-disant Droits de l’Homme de Genève,ainsi  que la Croix-Rouge ».

Le Dr. Manfred Gerstenfeld a présidé pendant 12 ans le Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem (2000-2012). Il a publié plus de 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

Adaptation : Marc Brzustowski.

6 commentaires

  1. Encore cette calomnie circule !
    Quant aux députés internationaux qui cautionnent de telles absurdités, ils sont fidèles à leur Histoire.
    Nous retournons au moyen-âge ou l’on nous accusait de tous les maux !
    Il y a tellement de pays qui souffrent dans le monde qu’ils préfèrent s’intéresser à Israël, ça ne coûte rien et ça peut rapporter gros (qu’ils pensent)

  2. Ce qui est alarmant n’est pas tellement l’accusation de sois-disant « d’empoisonnement des puits » révélé par l’A.T.C (Autorité Terroriste Cisjordanienne). Pour ça, on connait les arabes, de fieffés menteurs en plus d’être des ânes.
    C’est plutôt les applaudissements à tout rompre, par les députés de l’Assemblée Européenne,au discours de Abou Mazen le massacreurs de petites filles de Maalot, qui me fait froid dans le dos.

    Un jour viendra ou le terroriste ABou Mazen racontera que des enfants cisjordaniens sont enlevés, par des israéliens, pour être égorgés pour la fabrication des matsah. Et ce jour là aussi, les députés applaudiront à tout rompre.

    L’Histoire se répète.
    Nos zobs politiques ont la mémoire courte.

  3. Je suis tellement choqué par le comportement des euro députés, et applaudir ce discours,
    Sans la moindre réserve ou preuve! Il n’y a rien à attendre de ce monde , cela s’apparentent aux terroristes et plus ils sont sensés nous représenter

Déposer un commentaire