Le travailliste Jeremy Corbyn plus dangereux que Marine Le Pen©

Le travailliste Jeremy Corbyn plus dangereux que Marine Le Pen©

Réévaluer la dangerosité du dirigeant travailliste Jeremy Corbyn

 

Les résultats des élections parlementaires britanniques nécessitent une évaluation  mise à jour des attitudes du dirigeant du Parti Travailliste Jeremy Corbyn envers les Juifs et Israël. Ce politicien qui connaît un certain succès, mais s’avère dangereux, fait régulièrement la promotion des incitateurs à la haine contre Israël, et parfois, directement, des antisémites. Il a, en outre, soutenu les terroristes ou refusé de les condamner. Le comportement de Corbyn semble avoir changé, d’une manière ou d’une autre – mais pas tant que cela – depuis qu’il est devenu le principal dirigeant du Parti Travailliste ne Septembre 2016.

La Première Ministre Conservatrice Theresa May a annoncé une élection parlementaire rapide le 18 avril. A cette période, les sondages plaçaient les Conservateurs à vingt points devant le parti Travailliste[1]. Cela aurait pu se traduire par l’obtention de plusieurs dizaines de sièges supplémentaires, par rapport à la majorité de 331 députés élus lors de l’élection de 2015[2]. Comparativement, lors des élections du 8 juin, les Conservateurs n’ont recueilli que 42, 4% des suffrages contre 40% aux Travaillistes. Tout en demeurant le Parti le plus important, les Conservateurs n’obtiennent que 318 sièges. Les deux partis ont augmenté leur pourcentage de suffrages accordés au détriment des plus petits partis.

Il serait imprudent de sous-estimer la performance de Corbyn lors de ces élections, même si son parti demeure dans l’opposition. Ce n’est que rarement depuis la Seconde Guerre Mondiale que le Parti Travailliste a pu réaliser un tel pourcentage de suffrages favorables. Corbyn a remporté le soutien de beaucoup de jeunes électeurs[3]. Les Conservateurs étaient appuyés par la plupart des journaux dominants. Il n’y a que le Daily Mirror et le Guardian qui ait soutenu les Travaillistes. On ne peut pas imputer le résultat de cette élection uniquement sur la faible performance de campagne de May et sur le programme peu attrayant de son parti.

Ceux qui veulent diminuer l’importance du résultat positif obtenu par Corbyn mettent en avant une gamme diversifiée d’arguments. Un élément majeur serait que le système électoral du Royaume-Uni se fonde sur les circonscriptions. Les citoyens britanniques choisissent leur vote en fonction d’un député qu’ils apprécient et pas pour le dirigeant de parti qu’ils pourraient détester. Pourtant les électeurs travaillistes savent que les parlementaires qu’ils soutiennent, s’ils sont élus, accentuent le pouvoir de Corbyn, peu importe qu’ils le détestent ou pas. Il y a même eu une tentative infructueuse de le renverser, l’an dernier. Les électeurs savent aussi quel’appareil du Parti est entre les mains des partisans de Corbyn, dont beaucoup sont des extrémistes gauchistes.

La dérive des électeurs en direction de Corbyn se poursuit. Un sondage après les élections donne une avance de cinq point au Parti Travailliste[4]. Corbyn vise à présent l’annonce de nouvelles élections, au terme desquelles il puisse en sortir Premier Ministre de Grande-Bretagne.

En analysant plus spécifiquement les attitudes de Corbyn envers les questions ayant trait à la vie juive :on ne peut pas le classer comme un antisémite, tel que défini par la définition de l’antisémitisme promue par l’IHRA et adoptée par la Grande-Bretagne[5]. On le décrit mieux comme un légitimateur de terroristes et d’antisémites.

Corbyn est demeuré un partisan du groupe Le Souvenir de Deir Yassin (DYR) durant de nombreuses années et même, comme l’écrit le Telegraph :  » Après qu’on ait publiquement dévoilé la vision extrémiste antisémite de ses organisateurs[6]« . Le fondateur de DYR, le négateur de la Shoah Paul Eisen, affirme que Corbyn a assisté aux réunions de ce groupe durant quinze ans et qu’il a contribué financièrement au développement de ses activités[7].

Les nominations problématiques décidées par Corbyn se sont poursuivies tout au long de sa direction du parti; Après son élection en tant que chef de parti, il a désigné Ken Livingstone, l’ancien Maire travailliste de Londres, afin qu’il co-préside la commission travailliste de la Défense[8]. Quand Livingstone s’est trouvé confronté à de virulentes critiques pour ses déclarations, il a dû renoncer à sa position. Il a, depuis lors, été suspendu, d’abord pour un an et ensuite, pour une année supplémentaire[9]. Cependant, Livingstone continue de proclamer à qui veut l’entendre qu’Hitler était un partisan des Sionistes. Corbyn a aussi nommé Seamus Milne en tant que Directeur exécutif de la Stratégie et des Communications, une position centrale au sein du parti. Il l’a fait en dépit du fait qu’en 2007, ce partisan du Hamas a désigné comme un crime la création d’Israël[10].

Corbyn a récemment nommé Andrew Murray pour diriger sa campagne électorale. Il a occupé les fonctions de Président de la campagne de promotion de BDS « Arrêtez la Guerre » et c’est aussi un chaud partisan du Hamas et du Hezbollah[11]. Le nouveau Conseilleer de Corbyn sur les questions syndicales, Tim Lezard, a demandé ingénument pourquoi les contribuables britanniques devraient payer pour la sécurité des synagogues. Il a prétendu que c’étaient les agissements d’Israël à Gaza qui seraient l’unique source d’augmentation de l’antisémitisme au Royaume-Uni[12]. Lezard tient ainsi les Juifs Britanniques pour responsables des actions d’un pays dans lequel ils ne votent pas, une position typiquement antisémite.

Corbyn soutient des mouvements terroristes anti-israéliens directement et indirectement. Corbyn a invité des représentants des organisations terroristes du Hezbollah et du Hamas au Parlement britannique, en les appelant « mes amis »[13]. Cela lui a pris plusieurs mois avant qu’ils ne se rétracte de ses déclarations d’amitiés. Récemment, on a révélé que Corbyn était présent lors d’une cérémonie de dépôt de gerbe en Tunisie, sur la tombe d’Atef Bseiso qui a joué un rôle central dans le meurtre, par le groupe palestinien Septembre Noir, des athlètes israéliens lors des Jeux Olympiques de Munich, en 1972. Il a aussi assisté à une conférence conjointe avec des membres du Hamas et du Front populaire de Libération de la Palestine, quand il s’est rendu en Tunisie[14] [15].

Dans un long article, le Daily Mail a analysé la politique globale de Corbyn de façon dévastatrice. L’un de ces paragraphes est très indicatif : « Oui, M. Corbyn en a impressionné plus d’un par son rôle de composition flegmatique, malgré un flot de questions hostiles. Mais il a personnellement passé sa vie politique durant à courtiser des meurtriers de masse au Moyen-Orient, en Irlande et partout ailleurs dans le monde, affrontant son propre parti et ses partisans traditionnellement dignes, tout en votant à 56 occasions contre des mesures destinées à contenir et déjouer la menace terroriste[16]« .

Nombreux sont ceux qui, dans le monde occidental, n’aimeraient pas voir Marine Le Pen devenir la prochaine Présidente de la République Française. Si son comportement est comparé à celui de Corbyn, on découvrira qu’elle n’a jamais adopté des positions aussi extrêmes qui sont, pourtant, devenues le lot quotidien de Corbyn. On peut en conclure que l’éventuelle arrivée de Corbyn au poste de Premier Ministre Britannique à la suite d’élections prochaines constituerait un problème bien plus colossal qu’une Présidence Le Pen, non seulement pour les Juifs et Israël, mais aussi et surtout pour l’ensemble du monde occidental.

Par Manfred Gerstenfeld

Le Dr. Manfred Gerstenfeld a présidé pendant 12 ans le Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem (2000-2012). Il a publié plus de 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

Adaptation : Marc Brzustowski.

—————————————————————–

[1] www.theguardian.com/politics/2017/apr/18/theresa-may-uk-general-election-8-june

[2] www.bbc.com/news/election/2015/results

[3] www.theguardian.com/society/2017/jun/10/jeremy-corbyn-youth-student-vote

[4] www.telegraph.co.uk/news/2017/06/11/labour-take-five-point-lead-tories-latest-poll/

[5] www.theguardian.com/society/2016/dec/12/antisemitism-definition-government-combat-hate-crime-jews-israel

[6] www.telegraph.co.uk/news/2017/05/20/jeremy-corbyns-10-year-association-group-denies-holocaust/

[7] www.dailymail.co.uk/news/article-3187428/Jeremy-Corbyn-s-links-notorious-Holocaust-denier-revealed.html

[8] www.telegraph.co.uk/news/politics/labour/12002961/Ken-Livingstones-appointment-shows-Jeremy-Corbyns-contempt-for-his-MPs.html

[9] www.bbc.com/news/uk-politics-39498275

[10] www.newstatesman.com/politics/media/2015/10/jeremy-corbyn-appoints-seumas-milne-head-strategy-and-communications

[11] www.algemeiner.com/2017/05/15/newly-appointed-jeremy-corbyn-advisers-boost-concerns-over-antisemitism-in-uk-labour-party/

[12] Ibid

[13] www.theguardian.com/commentisfree/2015/aug/13/jeremy-corbyn-labour-leadership-foreign-policy-antisemitism

[14] www.dailymail.co.uk/news/article-4550956/Corbyn-laid-wreath-grave-Palestinian-terrorist.html

[15] www.telegraph.co.uk/news/2017/05/28/jeremy-corbyn-criticised-labour-election-candidates-wreath-laying/

[16] www.dailymail.co.uk/news/article-4578876/MAC-Labour-apologists-terror.html

Pas de commentaires

Déposer un commentaire