Le Kuznetsov de Poutine limite l’action de Tsahal ©

Le Kuznetsov de Poutine limite l’action de Tsahal ©

32 12

Dans la chronique « Un Ami qui vous veut du Mal »,  Tsahal est en réelle situation, sinon de « panique », en tout cas, de forte préoccupation quant à la présence militaire russe et au déploiement d’un armement hyper-sophistiqué dans la région, rapporte la Chaîne 2 israélienne, dimanche soir. .

Selon son reportage, bien que Tsahal ne l’admette pas ouvertement, des officiers supérieurs disent derrière des portes hermétiquement fermées, que la qualité et la quantité « surprenante » des systèmes russes dans cette zone entrave sérieusement la façon dont les forces aériennes et la Marine de Tsahal sont en capacité d’opérer.

admiral_kuznetsov_aircraft_carrier

 

 Ces deux branches de Tsahal,selon la Chaîne 2, avaient l’habitude de naviguer et de voler où il leur paraissait justifié de le faire, sans la moindre entrave véritable à leurs évolutions. Mais, depuis que la Russie a commencé à intervenir dans la guerre civile syrienne, l’an dernier, pour protéger le régime de Bachar al Assad, les choses ont changé.

Une inquiétude toute particulière, selon ce reportage, est liée à l’arrivée imminente de l’Amiral Kuznetsov, le vaisseau-amiral et plus gros porte-avions de la Russie, qui est en route depuis la Mer du Nord vers le Moyen-Orient et qu’on s’attend à voir mouiller sur la côte méditerranéenne de la Syrie dans les semaines à venir.

La force de frappe du Kuznetsov est composée de quelques 1.900 marins, plus de 50 avions de combat avancés, les tous derniers systèmes de défense aéronautique, parmi les meilleures capacités de radars et savoir-faire électroniques au monde. La force dispose de capacités anti-sous-marine et de navires dotés de missiles à longue portée, ainsi que tout l’attirail pour l’espionnage photographique aérien et la collecte de renseignements tous azimuts.

Le reportage affirme que les responsables de la défense israélienne reconnaissent que les Russes sont au courant du moindre mouvement qu’Israël réalise dans l’espace aérien ou sur la mer, alors qu’il n’y a aucun moyen d’échapper aux radars russes et que la Russie a ainsi été en mesure de rassembler d’énormes quantités de renseignements pouvant nuire à Israël.

Comme l’avait rapporté The Algemeiner en avril, les Russes ont annoncé, il y a plusieurs mois qu’ils quittaient la Syrie. Depuis lors, cependant, selon la deuxième chaîne, ils n’ont fait qu’expédier plus de forces terrestres dans la région ; ils ont augmenté leur puissance de feu aérien ; et ils ont ramené des missiles sol-air – avec une portée de plus de 200 kms – et ils sont en mesure d’employer des missiles de croisière et des missiles balistiques, des avions de chasse et des drones. A présent, ils renforcent aussi leur présence navale dans l’Est de la Méditerranée, en parallèle à une décrue radicale de la présence de la Marine américaine dans le secteur.

En outre, un porte-paroel du Ministère de la Défense Russe a récemment proféré une menace à peine voilée, qu’on présume adressée à Israël, en déclarant : « Si quiconque pense qu’il peut se cacher derrière sa technologie furtive, nous le laissons y repenser à deux fois ». Selon la deuxième chaîne, cela fait implicitement référence aux avions F-35 qu’Israël est en train d’acquérir auprès des Etats-Unis.

Pendant ce temps, le Parlement russe a approuvé un cadre de temps illimité pour le déploiement des forces aériennes du pays, ce qui signifie qu’Israël peut être confronté au fait que le coeur de cible de ses zones d’intérêt militaires sont recouvertes par des systèmes de défense de missiles avancés de type S-300 et S-400 durant les décennies et générations à venir. et c’est cette interprétation des évolutions qui a conduit le Premier Ministre Binyamin Netanyahu à s’envoler pour Moscou, au printemps, en compagnie du commandant de l’IAF, le Général-Major Amir Eshel, pour discuter de la coordination militaire avec le Président russe Vladimir Poutine.

Comme l’a rapporté à l’époque, The Algemeiner, Netanyahu a fait ce voyage dans le but de créer un mécanisme devant éviter les collisions entre avions israéliens et russes.

Malgré les arrangements qui ont été conclu entre Netanyahu et Poutine, cependant, deux drones russes ont été abattus, ce qui a bien failli provoquer un affrontement direct entre les avions russes et israéliens, selon la 2ème Chaîne. En outre, deux missiles sol-air ont été tirés contre des avions israéliens, que la Russie prétend qu’ils appartenaient à l’armée syrienne, comme si celle-ci n’était pas entièrement sous le joug russe.

Dans une interview avec The Algemeiner en juin, l’expert du Moyen-Orient et de la Russie, Zvi Magen, a déclaré que les relations entre Netanyahu et Putin impliquent uniquement la realpolitik, Israël protégeant ses intérêts, dont le principal étant d’assurer que toutes ces armes russes hypersophistiquées ne tombent pas entre les mains de l’organisation terroriste chiite libanaise et alliée sur le terrain de la Russie, le Hezbollah, qui est soutenu par l’Iran dans la lutte visant à maintenir le dictateur Assad au pouvoir, face aux hordes islamistes [que la Peste et le Choléra les emportent, ainsi que tous leurs parrains].

30 octobre 2016 10:04 AM

 

algemeiner.com

Adaptation : Marc Brzustowski

32 COMMENTS

  1. OBAMA, par sa faiblesse a mis le monde libre en difficulté. Il n’avait pas l’envergure d’un homme d’état de la taille des USA; à présent les Russes sont partout, et les Américains nulle part. Les alliés des USA sont eux aussi affaiblis. Cette faiblesse d’OBAMA va être difficile à combler.

  2. Arguties de nouveau fort curieuses. Lorsque trois pays sur-armés par les soviétiques, outre le blocus du détroit de Tiran, menacent de façon explicite Israël et le peuple juif de destruction, il s’agit non d’une guerre « préventive », mais d’une riposte légitime en droit international à la menace ennemie.

    Je vous conseille la lecture du livre (en hébreu) de l’historien Dr Haggi Ben Artzi sur le sujet.

    Je vous laisse la responsabilité de votre assertion : « Vous spéculez et vous inversez le sens de l’histoire : Israël a été fort quand il a improvisé et pris des décisions audacieuses, l’attentisme et la passivité n’ont jamais mené à rien ».

    • Vous jouez sur les mots et niez l’histoire : l’opération Focus a t-elle existé oui ou non? Vous nous faites perdre notre temps avec vos remises en cause de l’histoire réelle. Continuez de vous appuyer sur le droit international, il en était fort question entre 39 et 45! Le bouclier absolu!

      Un conseil : cessez d’appeler « arguties » les arguments historiques de vos contradicteurs fondés sur des faits précis. c’est très prétentieux et vous n’êtes pas crédible.

      • Préventive : action de déclencher la guerre par une opération-surprise, y compris et même si et parce qu’on la sait inévitable (étant donné un rapport de force). par contre : est une pure « argutie » le fait de préférer un autre terme pour jouer sur les mots et éviter la chronologie en histoire : « riposte légitime », alors que la partie adverse s’y prépare, mais n’a pas entamé les hostilités

        • Last but not least : quel rapport entre 1967 et une situation ambigue comme celle de la Syrie où un prétendu « ami » russe espionne les côtes et crée des perturbations dans les ordres de marche de l’IAF, des éventuelles « attaques préventives-surprises » contre les convois du Hezbollah et les manigances de l’Iran, depuis le Golan et ailleurs? La Russie n’est pas un ennemi déclaré, mais un « partenaire » allié à nos pires ennemis. C’est là qu’Israël cherche des parades diplomatico-militaires. Le seul rapport, ce serait avec le Liberty, US, au moins à l’époque, on n’hésitait pas. On arrête de détourner les questions pour mouliner dans le vide à la Française : « non, mais tirez les premiers messieurs les Post-Soviétiques », mais non, après vous, etc. Ca c’est la vraie Galout : continuer de raisonner dans le vide.

      • Très simple : « הבא להורגך השכם להורגו ». Valable également en droit international.

        Golda Méïr : « We have always said that in our war with the Arabs we had a secret weapon – no alternative » et « Nous préférons vos condamnations à vos condoléances”.

         » Vous n’êtes pas crédible ». Pensez-vous l’être davantage en affirmant que l’Etat d’Israël a été ou est l’agresseur ? Guerres de 1948, 1956, 1967, 1973, jusqu’à aujourd’hui : Israël a toujours été l’agressé.

        « Prétentieux » : je ne permettrai pas de vous retourner votre compliment douteux. « La vérité est le sceau de D.ieu » : le révisionnisme historique n’est pas nécessairement la vérité.

        • Où ai-je écrit qu’Israël serait « l’agresseur »? C’est du procès d’intention? reconnaître les faits, la véracité de l’opération Focus que tout le monde connaît-‘apparemment vous niez- , vous conduit à vous sentir coupable? La guerre préventive est défensive à sa manière, et c’est même la meilleure défense »! J’ai parlé de « guerre déclenchée préventivement » : prévenir évite d’avoir à ramasser les pots cassés. C’est salutaire. Et tous ces faux procès parce que vous ne supportez pas que des officiers supérieurs s’inquiètent d’un déferlement d’armes russes dans la région? Vous ne supportez pas ces lanceurs d’alerte? Ils n’ont aucune droit de tirer une sonnette d’alarme? et ils feraient des « arguties »? Ce qu’ils disent serait « erroné »?

          Que cela vous plaise ou pas, ces informations ont un intérêt pour d’autres, même si vous préférez vivre dans votre bulle.

  3. la force de Poutine ne tient qu’à la faiblesse d’Obama. Une nouille sur pattes.
    Souvenons nous du sacrifice du peuple Russe en 1940/45
    Ce même pays qui causa, comme nombres Etats, de nombreux podromes, .
    souvenons nous du sacrifice de ce peuple lors de l’accident de Tchernihiv.
    Sachons respecter cet Etat et son dirigeant.
    le temps changera bien des choses, les hommes passent, Israel restera ayons confiance en la torah et à la force qu’elle nous donne amen

  4. Les lecteurs de Jforum seront certainement intéressés par un Midrash concernant les messagers divins apparaissant dans le Songe de Jacob (Genèse 28) et qui « montent et descendent » sur l’échelle.

    Chaque messager préfigure les nations et les empires qui tenteront de nuire et d’anéantir Israël (le peuple, le pays et la Torah). Ils monteront à leur summum de puissance et de civilisation puis chuteront et disparaîtront dans les oubliettes de l’histoire. Quelques exemples : l’Egypte, les Assyriens, la Perse, la Grèce, Rome, etc… Plus proches de nous : l’Espagne, l’empire germanique, l’empire britannique, l’empire soviétique, etc… A bon entendeur, salut.

    Israël : « Le peuple de l’éternité ne craint pas une longue route ».

    • Et le Kuznetsov est censé couler en traversant la Mer des Joncs,comme Pharaon sur son Char… Imagerie sympathique, mais qui n’offre guère de clé logistique pour brouiller les radars de l’oeil de Moscou… Bref, pour le moment, mieux vaut prévenir que guérir.

      • Il semble, mon cher Marc, que nous n’ayons pas les mêmes références.
        Prenez le temps d’étudier l’histoire des guerres d’Israël, en particulier celles de 1956 et 1967 et vous apprendrez des choses très intéressantes.

        • Jusqu’à preuve du contraire, 1956 s’est terminé par un arbitrage soviéto-américain pour le contrôle du Canal de Suez et Nasser est passé aux Russes. Quant à 1967, il a bien s’agi d’une guerre préventive, sans rapport avec l’attentisme observé en 1973 (étudiez la Guerre du Kippour, c’est aussi une excellente référence en matière d’auto-satisfaction béate comme certains semblent y appeler : on est les meilleurs, etc…) sans la moindre pointe de réajustement face aux dangers qui progressent.

          • « Quant à 1967, il a bien s’agi d’une guerre préventive ».

            Inexact : la guerre des Six-jours a été déclenchée par le blocus du détroit de Tiran, défini comme casus belli en droit international.

            Le 23 mai, l’Égypte bloqua l’accès au détroit de Tiran aux navires israéliens (route du Sud essentielle à l’approvisionnement des Israéliens en pétrole et blocus du port d’Eilat), ce qui était sans précédent depuis les accords internationaux sur les droits de passage dans le détroit, signés en 1957 par 17 puissances maritimes.

            La Galout est terminée, de même que l’esprit galoutique, sauf pour certains. Israël est redevenu un état souverain et puissant. « Qui s’y frotte s’y pique ». Demandez à ses voisins.

          • Ce point du Blocus de Tiran est archi-connu, comme cause (ou Casus Beli) / CEPENDANt, restera à jamais dans les mémoires l’Opération Focus est celle par laquelle la guerre des six-jours débute: La guerre fut déclenchée par Israël en tant que guerre préventive lorsqu’une attaque de l’Égypte se fit imminente. Les premières heures de la guerre ont été marquées par l’Opération Focus qui permit la destruction de la majeure partie des forces aériennes égyptiennes en l’espace de 3 heures.

            Vous inversez le sens de l’histoire que vous semblez méconnaître, en comptant sur « le droit international » pour marquer des points à la place d’Israël! (casus belli en droit international). C’est ne pas comprendre sa situation au regard des Nations-Unies depuis cette période : Israël a été fort quand il a improvisé et pris des décisions audacieuses, l’attentisme et la passivité n’ont jamais mené à rien. Il serait bien triste de se coucher sur ses lauriers datant de bientôt plus de 40 ans.

  5. Article fort curieux bâti sur des « informations » spéculatives hasardeuses, telle l’assertion : « Tsahal est en réelle situation, sinon de « panique », en tout cas, de forte préoccupation quant à la présence militaire russe … ».

    Dans ce domaine on dit en Israël : « Celui qui sait ne parle pas et celui qui parle ne sait pas ».

    • A force de faire de l’autosatisfaction permanente, de peindre la réalité en rose, certains oublient complètement de prendre la mesure des choses. Il y a un déséquilibre des forces qui paraît clair. Qu’il y ait, par ailleurs, des contre-mesures dont on ne parle pas, espérons que le recours est suffisant à compenser ce « manque à dissuader ». Quoi qu’il en soit, Poutine fait absolument ce qu’il veut dans la Région et cette nouvelle réalité ne peut pas plaire à tout le monde, même si c’est celle qui vous agrée. Il est naturel que certaines enquêtes mettent aussi le doigt où « ça chatouille », et que des généraux (parce que c’est le cas : l’article est donc tout sauf « spéculatif » et « hasardeux »,façon peu convaincante de tenter de déléer leur point de vue) livrent leur « sentiment » au cas où il faudrait préparer la population à des chocs plus frontaux. Cela ne sort donc pas « au hasard ». Cela fait la différence entre Israël et une dictature bananière comme la Syrie.CQFD

  6. Le charlot premier a une capacite de nuire inferieure au porte avion russe , car son equipage est moins motive que les russes .
    Pour les uns comme les autres , attaquer l etat Juif peut les motiver .Israel devra montrer plus d imagination !

  7. Le Kuznetsov de Poutine contrôle toute l’action de Tsahal

    Tsahal devrait améliorer ses protections pour ne lus être espionné,nipar la Russie nipar d’autres pays. Je constate avec regret que les flatteries de toute part ont endormi la méfiance de Tsahah et celle-ci a baissé sa garde. Tant sur le plan du renseignement que de celui des améliorations techniques et stratégiques. La vraie guerre ne se ferait pas seulement contre le Hamas mais compte tenudes implications internationales ce serait tous contre tous et les morts se compteraient par centaines de millions.

  8. Obama n’a pas fait grand chose pour aider Israël, On peut même affirmer qu’il a fait tout le contraire, La présence des russes en Syrie devient de plus en plus encombrante, aucun président des Etats-Unis avant lui n’aurait permis
    ou laisser les russes s’installer en Syrie.

  9. Dans un artcicle de 2013, je crois, David Illouz, de Desinfos (ou jforum, je ne me rappelle pas exactement), avait fait savoir que la Russie et Israel avaient organisé l’envoi conjoint dans l’espace, d’une fusée. Il faut quand même des liens de confiance, pour échanger de pareilles technologies, et se fixer un but commun.
    Qu’en est-il, SVP ?

  10. Effectivement Basta, Obama a laissé Poutine reprendre des couleurs par sa lâcheté, sa traitrise et ses menaces non tenues, c’est la Russie qui mène la danse dans la région.

  11. Les russes devraient se méfier d’Israël qui, comme le dit justement sylvain, a plus d’un tour dans son sac, et pourrait éventuellement discréditer la  » toute puissance  » russe en lui portant de sévères coups. Jusqu’à présent Poutine n’a toujours pas réussi a se débarrasser de daech, et il devrait se rappeler que Tsahal a des arguments autrement plus important que ces tueurs de femmes et d’enfant que sont les islamistes.

  12. La Russie est moins a craindre que les ONGs a l’interieur d’Israel, capables de travailler pour l’ennemi. Attention a B’TSalops, Oppenheimer et al. Attntion aux opportunistes qui essaient d’avancer leurs pions politiques et qui lechent le cul a l’EU.

  13. le kutsnetsov est moins puissant que le charles de gaulle , son système d’envol est aberrant , par contre il est certain que sa presence symbolique autant que ses capacités d’ecoute sont dérangeantes , il pourrait gener Tsahal mais pas empecher son action si le besoin s’en faisait sentir

    • Et vice-versa. Israel peut donner une terrible lecon a quiconque qui l’attaque. Israel a plus d’un tour dans son sac et l’ennemi le sait et evite l’affrontement.

  14. Merci obama d’avoir laissé le terrain vide ,que Poutine s’est empressé d’occuper.
    L’installation en Pologne de missiles anti missiles ne s’est pas faite à la suite de menaces de Poutine, cette reculade a été interprétée comme une faiblesse d’où la situation actuelle .

Leave a Reply