Le cas Mehdi Meklat : le renard et les « corbeaux »

Le cas Mehdi Meklat : le renard et les « corbeaux »

3 1

 Le cas Mehdi Meklat : le renard et les « corbeaux »

 

 

 

Le renard et…

 

 Je me prends parfois à penser qu’Internet, tout ce que l’on y met, tout ce que l’on regarde, fonctionne un peu comme l’inconscient. Freud ne disait-il pas que l’inconscient n’oublie rien, que tout est toujours disponible et qu’il suffit d’un événement inattendu pour réactiver ce qui était refoulé. D’autre part,  comme il n’y a pas de temps dans l’inconscient, ce qui est refoulé, même si ce sont des souvenirs de la petite enfance, peut faire retour, retour du refoulé donc, écrivait encore Freud et alors, faire symptôme. Jacques Lacan ne disait pas autrement quand il écrivait que, chasser le signifiant, il revient au galop, et là aussi sous forme de symptôme… La comparaison s’arrête là, pas plus donc !, mais ce n’est déjà pas si mal pour qualifier ce que les médias appellent, mais de façon inappropriée, l’affaire Meklat. Parler d’affaire est déjà trop faire honneur à « ce p’tit jeune », comme on aime à dire aujourd’hui pour atténuer la culpabilité de ceux qui cassent, qui hurlent à la haine, qui dealent, qui menacent…

Affaire est un mot qui ne convient pas car il rappelle trop un certain capitaine dont la vie et l’honneur ont été en leur temps ravagés par la haine antisémite. Seulement lui, était innocent. Mehdi Meklat est tout le contraire d’un innocent, où alors, il s’agit d’un innocent aux mains pleines… Aussi, vaudrait-il mieux parler du cas Meklat et non de l’affaire Meklat. Lui est coupable des 200 tweets racistes, homophobes, antisémites, anti systèmes, pro-terroristes, lancés sur le Bondy Blog et qu’il a écrits, entre 2005 et 2015 sous le pseudonyme de Marcelin Deschamps. Déjà poète et admirateur de La Fontaine s’exclameront celles et ceux qui l’adulent encore ! Meklat, rat des villes pour la vitrine médiatique et rat des champs pour ceux qui aiment la mort. Tout avait commencé lors des émeutes des banlieues en 2005. Rappelons-le une fois encore, comme dans l’inconscient, sur Internet, il n’y a pas de temps et comme dans l’inconscient, Internet n’oublie rien. Alors, Mehdi Meklat s’est fait rattraper par ses symptômes qu’il avait soigneusement mis dans un petit coin de son Internet mental. D’ailleurs, un Internet pas très net ! Sans doute en roulant comme ça son monde, y pensait-il parfois non sans une certaine malice. En ce sens, il est bien un cas, renard et fromage à la fois. Encore du Jean de La Fontaine, direz-vous, mais cette fois, il s’agit d’une autre fable que je m’en vais vous conter.

«… Les corbeaux »

 Alors, oui toute cette haine a fait retour au grand étonnement des journalistes qui avaient fait leur choux gras de ce jeune enfant prodige de 24 ans, chroniqueur , blogueur, écrivain… issu pour leur plus grand bonheur, de la fameuse banlieue où ces mêmes journalistes ont rarement mis les pieds. Car, comme on dit aussi, ce sont des bobos de gauche à la recherche du musulman bon teint et loin des clichés réducteurs qui les assimilent trop aux apprentis terroristes. Un enfin, qui n’était pas djihadiste, Un qui était intégré, Un qui parlait bien, de tout, de la culture, du racisme, de l’exclusion, de la vie dans les banlieues, Un qui écrivain aussi et avait d’ailleurs publié deux romans au Seuil, Burn-out en 2015 et  Minutes en 2017, écrits avec Baroudine Saïd Abdallah. Passage donc à La Grande Librairie sur France 5. L’éditeur a aujourd’hui condamné les propos de Meklat. Enfin, Un qui parlait du colonialisme, pourquoi pas, c’est dans l’air du temps… Seulement nous savons qu’il y en a aussi, parmi ceux qui habitent la banlieue qui sont sans doute de vrais poètes et de bons créateurs. Mais pas ce Mehdi Meklat qui a joué au renard en séduisant par sa belle langue nos « corbeaux-journalistes » qui n’en sont pas encore revenus et qui continuent à le défendre dans un déni de la réalité, cet autre symptôme qui leur colle encore à la peau. Citons seulement Pascale Clark qui lui avait déroulé le tapis rouge sur France Inter et qui le trouve encore aujourd’hui grand poète, Claude Askolovitch qui s’est empêtré dans une phraséologie peu convaincante. D’autres se sont aussi fait avoir : le journaliste de Canal Plus Mouloud Achour qui avait co-fondé Téléramadan avec Meklat en 2016, Libération s’est aussi fait roulé et Les Inrockuptibles, décidément corruptibles, ont fait deux fois leur Une avec Meklat dont une avec Christiane Taubira qui sur France 5, gênée qu’on l’interroge sur le cas disait « … ne pas comprendre,… ne pas comprendre », balbutiait-elle avant de passer à autre chose avec une grand soulagement…

 

La morale de cette histoire

 Avec Mehdi Meklat, les « corbeaux » journalistes, médiatiques et politiques avaient enfin trouvé un bon fromage qui avait toutes les qualités d’un bonne crème banlieusarde, beau parleur, séduisant, écrivain, cool, coulant et roucoulant d’ailleurs de cette belle langue française, de quoi donner à manger à tous les bien-pensants qui les lisaient, les écoutaient et se rassuraient de tels propos et de cette belle découverte. Ils ont fabriqué, propulsé Mehdi Meklat jusqu’à lui offrir une place de rêve dont il a bien profité jusqu’au retour de ses refoulés, pas très refoulés d’ailleurs, de ses haines antisémites, homophobes, racistes et pro-terroristes… tout ce que ces mêmes journalistes disent détester et dénoncer. Malheureusement, eux aussi sont le symptôme de leurs propres illusions et font partie de cette France qui ne veut rien voir de la haine, de l’antisémitisme soutenus par l’islamo-gauchisme et qui fait ses choux gras d’une islamophobie qu’elle voit partout et qu’elle débusque à tout vent. Mais voilà, sans le vouloir, dans un presqu’acte manqué, Mehdi Meklat a repris à la sphère médiatique ce qu’il lui avait mis dans la bouche, ce fromage puant de lui-même.

Le pire est que ces mêmes journalistes et autres soutiens, ou souteneurs,  comme on voudra, continuent à défendre Mehdi Meklat pour se défendre eux-mêmes devant leur auditoire. Mais à ce jeu de dupes dans lequel ils persistent à défendre l’indéfendable, j’ai bien peur qu’ils ne retiennent hélas rien de la morale de la fable qui faisait dire au corbeau qu’on ne l’y prendrait plus. A la prochaine donc !

 

 

Par ©Jean-Marc Alcalay

 

 

 

3 COMMENTS

  1. Autre spécialité des torchonistes qui sévissent à la télé :
    Couper la parole à ceux qui ne pensent pas comme eux et qui osent l’exprimer.

    Ainsi, l’excellent Vincent HERVOUET qui a osé dire que TRUDEAU devrait en faire un peu moins dans son tiers-mondisme, s’est vu couper la parole brutalement par l’animateur illétré et hautain, après qu’il l’ait secoué suite à une remarque sur le lynchage organisé contre TRUMP, impossible d’écouter ses commentaires, le crétin de service a tout fait pour l’interdire de parole de façon insupportable.
    Mieux, une représentante de l’IRIS, qui balançait des inepties dignes de Pascal BONIFARCE, a pu s’exprimer librement, et a elle aussi participé à la neutralisation de Vincent HERVOUET : A deux, c’est mieux…

    La France a beaucoup de retard dans de nombreux domaines, mais il faut d’urgence, former ceux qui enseignent dans les écoles de journalisme, pour que les torchonistes lobotomisés, nous épargnent les âneries dont nous sommes saturés.
    Il est très préoccupant d’entendre que près de 90% des torchonistes sont « de gauche ».
    Y’en a marre de cette idéologie qui pervertit les esprits stupides qui s’en approchent…

    • la presse et les médias ont été monopolisés par la gauche depuis les années 81 .. Mitterrand a ouvert la voie (les différents gouvernements de gauche par la suite ont accentué )il a été très habile, il a compris qu’il fallait façonner les esprits dès les jeunes années dans les écoles ..il a favorisé la création d’une multitude d’associations parasites subventionnées par nos impôts qui allaient visiter les écoles pour prôner « le droit à la différence » sans parler des devoirs ,associations qui ont servi de tremplin pour les jeunes cadres PS (Harlem Désir, Julien Dray,Malek Boutih etc etc) flatté les enseignants ,son électorat ..la gauche a verrouillé les postes clés: syndicats,magistrature et médias…elle protége les groupuscules ultra gauche mobiles, aptes à manifester avec violence à tout moment (no border, antifas,nuit debout),favorisé le communautarisme par électoralisme nationalisé les clandestins à tour de bras pour tricher sur les chiffres de l’immigration …

  2. Le déni remplace la réalité.
    Comment faire confiance à des torchonistes non formés à leur métier ?
    Comment faire confiance à des torchonistes qui ne comprennent rien aux problèmes du monde ?
    Comment faire confiance à des torchonistes qui ne comprennent rien au quotidien des Français ?

    Il est plus que grand temps de remplacer la quasi totalité de ces débiles profonds à l’égo surdimensionné, par de véritables professionnels de l’information, qui ne cèdent pas à leur idéologie malfaisante, et surtout, qui fassent leur boulot de façon honnête et courageuse.
    Il ne faut pas désespérer, cette espèce existe bien, sauf qu’elle est marginalisée par les torchonistes malfaisants qui sont sur-représentés dans les débats où les « experts » qui ne comprennent rien aux problèmes du monde, sont systématiquement invités pour qu’ils nous « éclairent » de leur obscures insanités.

Leave a Reply