Le Canada revient sur sa décision d’étiquetage des vins de Judée Samarie...

Le Canada revient sur sa décision d’étiquetage des vins de Judée Samarie ©

L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a révoqué jeudi une directive indiquant que les produits israéliens ne peuvent être qualifiés de «fabriqués en Israël» s’ils sont produits en Judée-Samarie,  avait annoncé le Centre pour Israël et les Affaires juives (CIJA) dans un communiqué.

La directive avait été envoyée à la Commission de contrôle des alcools de l’Ontario (LCBO) et a été communiquée par la LCBO aux vendeurs de vin de la province de l’Ontario dans une lettre leur demandant de «suspendre les importations ou les ventes» de certains vins en attendant la résolution de la question.

La lettre se référait spécifiquement à la cave de Psagot dans la région de Binyamin orientale et à la Winery de Shiloh à Maaleh Levona.

«L’ACIA a précisé que« Produit d’Israël »ne serait pas une appellation d’origine acceptable pour les produits viticoles fabriqués à partir de raisins cultivés, fermentés, transformés, mélangés et finis dans le territoire occupé de la Cisjordanie», disait la lettre de la LCBO.

« L’ACIA a en outre informé que le gouvernement du Canada ne reconnaît pas la souveraineté d’Israël sur les territoires occupés en 1967 (les hauteurs du Golan, la Cisjordanie, Jérusalem-Est et la bande de Gaza). En tant que tels, les produits viticoles de ces régions qui sont étiquetés comme «Produit d’Israël» ne serait pas acceptable car considérés comme trompeur … La LCBO travaille actuellement avec l’ACIA sur un plan d’action pour assurer la conformité de la notification à l’avenir ».

« Par conséquent, je demande que tous les fournisseurs abandonnent les importations ou les ventes de produits étiquetés« Produit d’Israël »à partir des établissements vinicoles mentionnés ci-dessus (ou autre situés dans les mêmes régions), jusqu’à nouvel ordre», disait la lettre de la LCBO. «Nous demandons actuellement des éclaircissements auprès de l’ACIA sur la façon dont ces vins doivent être étiquetés pour se conformer à la Loi sur les aliments ».

La lettre, qui a circulé sur les médias sociaux mercredi, a provoqué le tollé des organisations juives canadiennes. B’nai Brith Canada a demandé à l’ACIA de résilier sa décision.

« Nous pouvons dire maintenant que nous nous attendons à ce que cette décision troublante soit corrigée dans un court délai », a déclaré Michael Mostyn, PDG de B’nai Brith Canada.

CIJA a pris note du fait qu’il a appris la directive le 11 juillet et a immédiatement contacté le personnel clé dans les bureaux du ministre du Commerce international et des Affaires internationales du Canada.

« Nous avons appris que la directive, qui est en contradiction avec la politique du gouvernement, a été émis à tort au niveau bureaucratique sans aucune direction émanant du personnel politique ou du ministre », -at-il déclaré.

En révoquant la directive, l’Agence canadienne d’inspection des aliments a confirmé qu’il demandera pas que ces établissements viticoles change leur façon d’étiqueter leurs produits comme israéliens. Il a déclaré dans un communiqué qu’il «regrette le résultat de cette directive d’étiquetage erronée du vin émise par la  la Commission de contrôle des alcools de l’Ontario (LCBO) concernant les produits de deux producteurs vinicoles étiquetés« Produit d’Israël ».

« Dans notre évaluation, nous n’avons pas pleinement tenu compte de l’Accord de libre-échange Canada-Israël (CIFTA) », at-il ajouté.

David J. Cape, président de CIJA, s’est félicité de l’annulation de la directive en disant: «Nous félicitons le gouvernement du Canada d’avoir révoqué rapidement cette directive qui est en contradiction avec la politique du Canada. Comme beaucoup dans notre communauté, nous étions alarmés que cette décision ait été prise « .

Il a noté: «Ces lignes directrices sapent l’Accord de libre-échange Canada-Israël qui profite aux Canadiens depuis vingt ans. Il a également cherché à imposer une norme unique et punitive contre les Israéliens que le gouvernement avait toujours systématiquement rejeté. Nous remercions le gouvernement du Canada de son action rapide pour résoudre ce problème et pour réaffirmer avec force la relation entre le Canada et Israël.

B’nai Brith Canada a félicité le gouvernement d’avoir annulé la directive. « Nous remercions le gouvernement du Canada d’avoir répondu si rapidement aux préoccupations légitimes de la communauté juive et de tous les Canadiens concernés », a déclaré Mostyn. « Nous continuerons à enquêter pour découvrir qui était l‘origine de cette scandaleuse directive, pour s’assurer qu’elle ne se reproduise pas. B’nai Brith défendra sans relâche toujours notre communauté « , at-il ajouté.

Arutz7

1 commentaire

  1. Pendant que les bobos keffié et leurs soutiens de la gauche morale s’égosillent pour le BDS, les cerises et pommes du Golan inondent par dizaines de milliers de tonnes la Jordanie, la Syrie, l’Irak, le Golfe. Les prêcheurs de haine subventionnés ne font pas le poids face au business.

Déposer un commentaire