Le 9 Av, Ticha Be’av, dans la tradition juive – vidéo

Le 9 Av, Ticha Be’av, dans la tradition juive – vidéo

A Ticha Bé’av, le 9 Av, ont eu lieu cinq catastrophes nationales. A l’époque de Moïse, les juifs dans le désert adhérent au compte rendu calomnieux des douze explorateurs. En punition, ils ne sont pas autorisés à entrer en Terre d’Israël (en -1312 ).

Le Premier Temple est détruit par les Babyloniens avec à leur tête Nabuchodonosor. Cent mille juifs sont massacrés et des millions d’autres exilés (-586 ) Le Second Temple est détruit par les Romains menés par Titus. Quelque deux millions de juifs meurent et un million d’autres sont exilés (68-70).

Résultat de recherche d'images pour "le 9 Av dans le judaïsme"

La révolte de Bar Kochba est écrasée par l’empereur romain Hadrien. La ville de Bétar, dernière résistance juive contre les Romains est capturée et liquidée. Plus de 100.000 juifs sont massacrés (135) Le Temple et ses environs sont rasés par le Général romain Turnus Rufus. Jérusalem est reconstruite comme ville païenne, rebaptisée Aelia Capitolina et les juifs n’ont pas le droit d’y accéder.

D’autres malheurs se sont produits pou les juifs le 9 Av : 

Le pape Urbain II déclare la première croisade. Des dizaines de milliers de juifs sont tués et nombre de communautés juives sont décimées. L’inquisition espagnole culmine avec l’expulsion des juifs d’Espagne le 9 Av 1492. La Première Guerre Mondiale éclate Tich’a Bé’av 1914 lorsque la Russie déclare la guerre à l’Allemagne. La rancoeur des Allemands suite à cette guerre pose les bases de la shoah A Ticha be’av débute la déportation des juifs du ghetto de Varsovie.

LES ASPECTS DE DEUIL : L’APRES MIDI PRECEDANT TICH’A BE’AV

L’après midi précédant Tich’a Bé’av, on a la coutume de prendre un repas copieux afin de se préparer au jeûne En fin d’après midi, nous faisons la Séoudah Hamafsékèt, repas composé uniquement de pain, d’eau et d’un œuf dur L’œuf symbolise par sa forme ronde, le cycle de la vie.

Plus on cuit un œuf, plus il devient dur ; symbole de la capacité du peuple juif à résister aux persécutions. La nourriture que l’on mange à Seoudah Hamafseket est trempée dans de la cendre, en signe de deuil. Ce repas est pris en solitaire, assis par terre à la manière des endeuillés.

Lorsque l’après midi précédent Ticha Béav tombe Chabbat, il n’ya pas de Seoudah Hamafseket avec les œufs et les cendres. On prendra le troisième repas traditionnel de Chabbat mais sans invités ni « fanfare »

RESTRICTIONS LE JOUR DE TICHA BE’AV

Dès le crépuscule, les manifestations de deuil suivantes doivent être respectées : Il est interdit de manger ou boire jusqu’au lendemain, à la tombée de la nuit : les femmes enceintes ou qui allaitent doivent aussi jeûner. Une femme, dans la période de trente jours suivant son accouchement, n’a pas l’obligation de jeûner. Pour les personnes âgées, faibles ou malades, il faut consulter un Rabbin.

On pourra prendre certains médicaments le jour de Tich’a Bé’av mais sans eau de préférence. En cas de malaise, on pourra se rincer la bouche avec de l’eau. On fera cependant bien attention à ne rien avaler.

Autres interdictions

Il est interdit de se baigner ou de se laver à moins que ce soit pour enlever une saleté spécifique par exemple dans les yeux (Choul’han Arou’h Ora’h ‘Haïm 554 :9,11).

En ce qui concerne la toilette du matin avant les prières ou en sortant des toilettes, on ne se lavera que les doigts. (554 :10, 613 :3, MB 554 :26) S’enduire de cosmétiques pour le plaisir (le déodorant est autorisé).

Avoir des relations conjugales.

Porter des chaussures en cuir (il est permis de porter une ceinture en cuir).

Etudier la Torah, parce que cela rend joyeux.

On a cependant le droit d’étudier les textes relatifs au 9 Av et au deuil ; par exemple le Livre des Lamentations, Job,des extraits du traîté talmudique Moed Katan, Guittin 56-58, Sanhedrin104,la fin du traîté Taanit (Yerouchalmi) el les lois relatives au deuil. On s’abstiendra de toute étude approfondie. (MB554 :4)

 

Autres usages des endeuillés

Ne pas s’asseoir à plus de 30,48 cm du sol. Dès la mi- journée, on pourra s’asseoir sur une chaise. (O ‘H 559 :3).

Ne pas s’occuper de son travail ou de toute autre tâche qui détournerait notre attention à moins que cela ne nous évite une perte substantielle. (O’H 554 :24).

S’abstenir de saluer autrui et d’offrir des cadeaux (O’H 554 :20).

Eviter les bavardages ou les activités de loisir Après Tich’a Béav, on peut reprendre toutes nos activités habituelles mises à part celles qui suivent, pour lesquelles il faudra attendre l’après midi du 10 Av. L’incendie du Temple s’est en effet poursuivi le 10 Av.

Se couper les cheveux et laver le linge (Lorsque Ticha Béav tombe le Jeudi, on aura le droit de le faire dès la fin de Ticha Béav en l’honneur de Chabbat) Se Baigner (lorsqu Ticha Béav tombe un jeudi, on pourra se baigner dès vendredi matin.)

Consommer de la viande et du vin. Ecouter de la musique et nager.

 

 

Les prières

On éteint les lumières de la synagogue, on allume des bougies et on retire le rideau de l’arche sainte qui renferme les rouleaux de la Torah. Le Chantre dirige la prière à voix basse et sur un ton mélancolique. Cela nous rappelle la présence divine qui a quitté le temple sacré. On lit, le soir et le matin, le livre de Eikha, les Lamentations, complaintes poétiques de Jérémie sur la destruction de Jérusalem et du premier temple.

Après les offices du soir et du matin, on récite les Kinot (élégies) Le matin, on lit dans la Torah une section extraite du Deutéronome 4 :25-40 qui traite de la prophétie concernant le mauvais comportement et l’exil futurs du peuple juif. On lit ensuite la Haftara (Jérémie 8 :13,9 :1-23) qui décrit la désolation de Sion.

L’après midi, on lit l’Exode 32 :11-24 puis la Haftara de Isaïe 55-56. Le Talit et les Tefiline représentant la gloire, on ne les porte pas à Cha’harit mais on les porte à Min’ha lorsque certaines restrictions de deuil sont déjà levées. On ne fait Birkat Cohanim qu’à Min’ha et pas à Cha’harit On insère dans la Amidah de Min’ha des prières de consolation de Sion et « Aneinou » Avant de casser le jeûne, on a la coutume de faire Kiddush Levana.

Traduction et adaptation de Hanna Cohen www.lamed.fr

Pas de commentaires

Déposer un commentaire