Israël à l’offensive contre le boycott©

Israël à l’offensive contre le boycott©

Israël face au mouvement de boycott (BDS) : de la défense à l’offensive
L’une des batailles les plus importantes et les plus difficiles pour Israël est menée depuis le 29ème étage de la Tour de Ramat Gan. Avec un budget bi-annuel de 250 millions de shekels, le Ministère des Affaires Stratégiques se dresse à présent aux avant-postes de la guerre contre la délégitimation, en adoptant des méthodes puisées dans les domaines des renseignements et de la haute-technologie. 

A première vue, cela ressemble aux bureaux d’une entreprise start-up. Mais c’est depuis cet endroit, au 29ème étage de la Tour Champion de Ramat-Gan que l’Etat d’Israël mène l’un de ses combats les plus âpres et les plus importants : la guerre contre la délégitimation et contre le mouvement du boycott.

La Générale de Brigade (de réserve) Simha Vaknin-Gil, Directrice Générale au Ministère des Affaires Stratégiques, qui dirige la bataille ces temps-ci, la perçoit comme une guerre dans tous les sens du terme. « On peut faire fléchir la délégitimation contre l’Etat d’Israël et la contenir grâce à la diplomatie publique (Hasbara) et des outils de persuasion en douceur », dit-elle. « Si on veut gagner cette guerre, cela dit, on doit faire usage de ruse et d’astuces.  L’argument ultime, c’est que l’adversaire a bougé et qu’il est sorti de sa zone de confort pour s’immiscer dans notre propre ligne de confort. Aujourd’hui, l’adversaire est repassé sur la défensive et c’est nous qui sommes passés à l’offensive ».

Anti-Israel protest in Sydney, Australia. The news offices include a 24/7 operations room monitoring all the delegitimization activities against Israel (Archive photo: Citizenside.com) (Photo: citizenside.com)

Manifestation anti-israélienne à Sydney, en Australie. Les nouveaux bureaux comprennent une salle des opérations fonctionnant 24h sur 24, 7 jours sur 7, et surveillent toute les activités de délégitimation contre Israël (phto d’archives : Citizenside.com)

 

Le Ministère – conduit par le Ministre de la Sécurité Publique, des Affaires Stratégiques et de l’Information – a tranquillement réussi à obtenir un budget biannuel de 250 millions de Shekels (près de 70 millions de $, 61, 15 millions d’€) et se dresse aux avant-postes de la bataille contre la délégitimation, en adoptant les méthodes issues des champs des renseignements et de la haute-technologie. Il y a une bonne raison qui fait que les responsables du Ministère la définissent comme « une guerre contre le terrorisme sur les consciences ».

Au cours de ces six derniers mois, le Ministère a fait la démonstration de ses capacités de prévention, en torpillant et en déjouant des activités à l’étranger, telles que les « événements de la haine », des campagnes globales anti-israéliennes, des organisations de boycott, etc. Le Ministère a enregistré des victoires impressionnantes dans huit dossiers sur cette question, mais reste réticent à rendre publiques ses réalisations, de façon à ne pas mettre à découvert ses capacités et méthodes d’actions.

Le Ministère des Affaires stratégiques, insistent les responsables, ne travaille pas seul, mais il est en coopération avec le Ministère des Affaires étrangères et les représentants d’Israël à l’étranger.

« Nous mettons en oeuvre de nombreuses coopérations avec le Ministère des Affaires étrangères et en fin de compte, nous nous complétons l’un l’autre. Nous ne remplaçons pas le Ministère des Affaires étrangères. Il n’y a aucune alternative possible que d’avoir les pieds sur le terrain et nos ambassades à l’étranger sont bien plus au courant que nous de la situation sur le terrain que nous ne le serons jamais. Il est vrai que nous pénétrons sur leurs domaines de prédilection et il était évident que cela créerait des frictions, mais nous faisons tout ce que nous pouvons  de façon à travailler de manière coordonnée et organisée ».

Le Ministère des Affaires Stratégiques a récemment reçu l’approbation pour recruter dix travailleurs locaux au sein des ambassades afin de coordonner  les activités contre la délégitimation. Huit de ces employé(e)s ont déjà été embauché(e)s.

« “Hama’aracha” (La Bataille), l’unité spéciale du Ministère en charge de la lutte contre la Délégitimation, est dirigée par l »avocat Tzahi Gavrieli, un lieutenant-colonel à la retraite et un ancien conseiller des Premiers Ministres Binyamin Netanyahu et Ehud Olmert.

Minister Erdan. ‘Since the ministry began leading this war, boycott organizations have been under constant pressure’ (Photo: Ohad Zwigenberg)

Le Ministre Erdan. ‘Depuis que ce Ministère a commencé à mener cette guerre, les organisations pour le boycott se sont trouvées perpétuellement sous pression’ (Photo: Ohad Zwigenberg)

 

Ces nouveaux bureaux à Ramat Gan comprennent également une salle des opérations fonctionnant 24 h sur 24 qui surveillent toutes les activités de délégitimation contre Israël : manifestations, conférences, publications appelant à un boycott d’Israël et les initiatives de boycott des organismes internationaux. La salle des opérations transférera les informations aux relais pertinents afin de leur fournir une réponse appropriée face à ces activités, soit sous forme de contre-protestation où grâce à des gestes visant à déjouer les initiatives en coulisses.

Le Ministère a cartographié 150 organismes engagés dans la délégitimation et les boycotts et a formulé une doctrine de combat qui se déploie à deux niveaux : révéler leur vrai visage et bloquer leurs circuits d’échanges d’argent.

« Depuis que le Ministère a commencé à mener cette guerre contre le mouvement favorable au boycott » affirme le Ministre Erdan, « les organisations de boycott se trouvent sous une pression constante. La législation progresse en Israël et à travers le monde, les organisations sont sous pression financière, ce qui peut comprendre la fermeture de comptes bancaires et le découragement des dons à de telles associations, et on révèle chaque fois l’hypocrisie d’organismes qui dissimulent leur antisémitisme foncier derrière le masque « d’organisations des droits de l’homme ». Ma politique est de sortir d’une position défensive pour passer à l’action offensive et elle s’avère efficace, mais il reste énormément à faire ».

Adaptation : Marc Brzustowski

2 commentaires

  1. Ou se cache l’intrus ? il faudrait voir dans ses rangs d’abord ou sinon rien n’aurait été possible sans des espions
    de bonne volonté.
    Il y a longtemps qu’il fallait se réveiller.
    BDS c’est comme daech, ils ont des ramifications partout et l’épidémie est dangereuse, il faut l’enrayer rapidement.

Déposer un commentaire