F.Lefevbre (REM) : le meurtrier de Sarah Halimi doit payer©

F.Lefevbre (REM) : le meurtrier de Sarah Halimi doit payer©

Le meurtrier de Sarah Halimi « doit payer pour ses actes », déclare Frédéric Lefevbre, Député des Français d’Amérique du Nord (REM)

INTERVIEW

French parliamentarian Frederic Lefebvre. Photo: Wikimedia Commons.

Un allié proche du Président français nouvellement élu, Emmanuel Macron, est la dernière personnalité publique, en France, à approuver l’Appel à traiter le cas du meurtrier de Sarah Halimi, veuve juive âgée de 66 ans à Paris le 7 avril, comme un crime de haine antisémite.

Frédéric Lefebvre – qui représente les électeurs français expatriés aux Etats-Unis et au Canada au Parlement français – a déclaré au journal en ligne The Algemeiner que la réponse des autorités au meurtre de Sarah Halimi, le 7 avril démontre  « qu’en France autant qu’aux Etats-Unis,nous refusons d’appeler un chat un chat ».

Halimi a été battue et torturée de manière insensée, puis jeté par la fenêtre de son appartement de trois étages par un intrus nommé dans la presse comme s’appelant Kada Traoré, un immigré malien de 27 ans. La police arrivée sur place a retardé le moment de son intervention après avoir entendu Traoré hurler : « Allah W’Akbar », craignant qu’il ne s’agissait d’une attaque terroriste islamiste et d’être insuffisamment équipée pour faire face.

L’enquête sur les circonstances du meurtre de Sarah Halimi a rendu furieux les Juifs de France à cause de sa focalisation exclusive sur la soi-disant « santé mentale » de l’assassin Traoré, que beaucoup redoutent qu’elle aura pour conséquence un classement du crime comme « acte de folie » au lieu de sa véritable qualification en crime de haine antisémite. L’indifférence totale marquée par les médias français envers le sort subi par Sarah Halimi a conduit l’un de ses défenseurs, le philosophe de Gauche Michel Onfray, à protester du fait qu’elle a été « tuée deux fois ».

Lefebvre reste ferme sur la façon dont l’enqupete devrait procéder : « C’est un acte antisémite et c’est un meurtre et c’est ainsi et pas autrement qu’on doit l’appeler », dit-il. « Le meurtrier doit payer pour ses actes ».

Lefebvre a expliqué qu’en France : « la folie est considérée comme une circonstance atténuante. En prenant cela en compte , il existe un risque indéniable de traiter de véritables terroristes et de véritables antisémites comme des fous ou des « déséquilibrés », cxe qui ferait que leurs crimes restent impunis ». Il a ajouté qu’un jury de tribunal pourrait probablement se prononcer pour une peine bien plus sévère ».

Lefebvre est le mieux placé en vue de sa réélection au premier tour des deux cycles des élections législatives parlementaires, qui s’est tenu dimanche et s’achèvera le 18 juin. L’un des onze députés parlementaires français représentants les expatriés français à l’étranger, Lefebvre est le favori parmi les candidats des plus de 180.000 citoyens français des Etats-Unis et du Canada.

Jeudi dernier, Lefebvre a fait les grands titres de la presse française, en annonçant sa démission du parti de Centre-Droit Les Républicains, à cause de la réticence du parti à soutenir Macron,le chef du Parti centriste La République En Marche, qui a emporté 70% des suffrages des Français d’Amérique du Nord, au cours de l’élection Présidentielle du mois dernier contre la candidate d’extrême-droite Marine Le Pen.

« J’ai quitté le Parti Les Républicains parce qu’il met en question la légitimité du nouveau Président et veut l’empêcher de gouverner », avait déclaré Lefebvre. « Mais aujourd’hui, il est temps de changer d’attitude politique – c’est pourquoi je prends faits et cause pour le nouveau Président ».

Lefebvre a expliqué que son appréciation de la valeur de Macron provient du fait d’avoir travaillé avec lui. « Nous avons développé une relation fondée ur la confiance mutuelle », témoigne t-il. « Nous partageons la même certitude que nous ne serons capables de réformer la France que si nous impliquons des gens responsables de gauche et de droite ».

Membre de la Commission parlementaire de la Défense, Lefebvre a fréquemment fustigé la politique étrangère française au Moyen-Orient pour s’être toujours comportée « de façon aveuglément pro-Arabe ».

« Nous devons d’abord défendre le lieu de naissance de la Démocratie qui est Israël », dit-il.

Lefebvre exhorte le gouvernement français à réviser sa politique d’aide à l’Autorité Palestinienne (AP) de façon à ce que « les subventions soient liées au développement des affaires commerciales et industrielles dans les territoires palestiniens, au lieu que ces subventions ne soient versées indirectement pour financer le terrorisme ».

j’espère qu’Emmanuel Macron fera attention à cela et je suis prêt à l’aider à le faire », déclare t-il.

Il a aussi recommandé la création d’une force de police des frontières couvrant toute l’Europe afin de garder ses marges contre la vague continuelle d’attaques terroristes dans les principales villes tout autour du continent. « Nous avons besoin de « zones réactives » tout autour de l’Europe dotées de checks-points », ajoutait Lefebvre.

Quand on lui demande ce qu’est la teneur de son message en direction des Juifs de France qui pensent immigrer à cause de l’augmentation des risques liés à l’antisémitisme et à des perspectives économiques incertaines, Lefebvre répond : « C’est votre terre, ne renoncez pas. La France doit vous offrir sa protection ».

 

Par Ben Cohen

algemeiner.com

Adaptation : Marc Brzustowski

1 commentaire

Déposer un commentaire