Désinformation sur l’assassinat de Hadas : excuses de la BBC

Désinformation sur l’assassinat de Hadas : excuses de la BBC

La présentation du conflit israélo-palestinien dans les médias occidentaux est, on le sait, fortement obérée par les mensonges ou inexactitudes liés au parti pris pour les palestiniens, au détriment d’Israël, éternel agresseur.

Le journal InfoEquitable s’est donné comme mission de rectifier les faits, au travers de quelques exemples – Dieu sait que la masse du travail en ce domaine est infinie.

Aujourd’hui, il s’intéresse au cas de la chaîne BBC et du traitement scandaleux  qu’il a fait de l’assassinat vendredi de la jeune policière israélienne, Hadas Malka, qui a été mortellement poignardée par un Palestinien Porte de Damas, à l’entrée de la vieille ville de Jérusalem (lire : Jérusalem: Israël conteste la couverture de la BBC et Daesh revendique le meurtre d’Hadas Malka à Jérusalem©).

Les 3 terroristes palestiniens impliqués étaient en effet présentés comme des victimes.

Après de nombreuses protestations, la BBC a présenté ses excuses et rectifié son titre.


Désinformation : la BBC reconnaît sa faute et présente ses excuses
La chaîne britannique avait rendu compte de manière particulièrement malhonnête de l’attentat du vendredi 16 juin dans lequel une policière israélienne a été tuée.
Prise en flagrant délit de désinformation anti-israélienne, la British Broadcasting Corporation (BBC) vient de reconnaître publiquement son erreur. Il faut dire que le traitement pour le moins fallacieux de l’attentat commis à Jérusalem, vendredi 16 juin et qui a coûté la vie à une jeune Israélienne, a déclenché un tollé sur les réseaux sociaux. Y compris au plus haut niveau.

Le fils du président des Etats-Unis, Donald Trump Jr., a lui même  réagi sur son compte Twitter pour dénoncer la malhonnêteté de la chaîne publique britannique.

Vendredi dernier donc, une jeune policière israélienne, Hadas Malka, est mortellement poignardée par un Palestinien Porte de Damas, à l’entrée de la vieille ville de Jérusalem.

Dans le même temps, deux complices ouvrent le feu sur les autres soldats qui composent la patrouille. Ces derniers ripostent et abattent les trois terroristes.

Dans les heures qui suivent la BBC rapporte l’information avec ce titre :

« Trois Palestiniens tués après une attaque mortelle au poignard à Jérusalem »

Décryptage : Nul besoin de longues explications pour souligner le caractère foncièrement mensonger de ce titre qui vaudrait un zéro pointé dans n’importe quelle école de journalisme. Les « trois Palestiniens » sont présentés comme des victimes. La jeune Israélienne assassinée – la vraie victime – passe aux oubliettes. Et c’est sur le site de la BBC, qui se flatte d’incarner la rigueur et l’éthique journalistique, que cette information tronquée a été publiée.

Donald Trump Jr. dénonce la manipulation…

De nombreux internautes réagissent immédiatement auprès de la BBC et sur les réseaux sociaux pour dénoncer cette falsification qui n’a d’autre objectif que de légitimer la violence palestinienne en désignant de manière à peine voilée les Israéliens comme responsables.

Le propre fils du président américain, Donald Trump Jr.,  se fend d’un tweet pour faire savoir à la BBC ce qu’il pense de sa manière de travailler.

 « Vous voulez dire (qu’ils ont été abattus, ndlr) après qu’ils aient poignardé à mort une policière israélienne? On peut difficilement être plus trompeur »,  écrit Donald Trump Jr.

Le ministère israélien des Affaires étrangères ne reste pas inactif

De son côté, le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu a demandé dès vendredi au directeur général du ministère des Affaires étrangères, Yuval Rotem, de protester officiellement auprès de la BBC. Une démarche similaire est introduite par l’ambassade d’Israël en Grande-Bretagne.

Dès samedi, la BBC a reconnu son erreur et présenté ses excuses dans un communiqué officiel.

« Nous reconnaissons que notre titre initial ne reflète pas correctement la nature de l’événement et en conséquence nous l’avons modifié.  Bien que nous n’ayons en rien été animé de l’intention de tromper le public, nous regrettons le trouble causé. »

24 heures après l’assassinat de Hadas Malka, l’information est correctement présentée sur le site de la BBC.

« Une policière israélienne poignardée à mort à Jérusalem »

Décryptage : Ce n’est pas la première fois que la BBC, à l’instar d’autres médias européens, se rend coupable de tels dérapages. Cette dernière affaire démontre si besoin en était la nécessité de demeurer vigilant et confirme que la réactivité sur les réseaux sociaux permet de lutter de manière efficace contre la diffamation anti-israélienne. InfoEquitable entend se tenir en première ligne pour informer ses lecteurs et participer de manière concrète à cette lutte contre la désinformation.  

2 commentaires

  1. On peut ajouter que l’expression « after deadly stabbing » est une figure rhetorique familiere de nombreux medias lorsqu’ils parlent d’evenements de ce genre: celui-ci est en effet rapporte en termes laissant au lecteur le choix du responsable de l’evenement, ou encore celui de le considerer (comme un orage ou un tremblement de terre) comme une catastrophe
    (n’exagerons pas: un incident tout au plus) naturelle.

    • Non, on n’est pas obligé de trouver de bonnes excuses à des journaux qui s’expriment de façon à ne pas froisser leur lectorat arabo-musulman. L’expression est faite pour ne nommer aucun coupable au « stabbing », le couteau a poignardé tout seul, comme les voitures-bélier qui foncent, etc : il n’y a personne au volant, ni à l’autre bout du manche et si ce n’est personne, il est excusé d’avance.

Déposer un commentaire