De mémoire de Temple

De mémoire de Temple

Que penser du conflit qui oppose le fameux projet de tamisage du mont du Temple à la Cité de David, l’institution majeure qui en a, jusqu’à présent, assuré le financement ?

Après avoir soutenu les activités du projet pendant les douze dernières années, celle-ci a en effet annoncé qu’elle retirait ses pions. Pourquoi Ir David a-t-elle choisi de se désengager d’une initiative dans laquelle se sont impliqués plus de 200 000 travailleurs bénévoles du monde entier et qui a déjà mis au jour près de 500 000 vestiges archéologiques ?

Mission de sauvetage

L’origine du projet remonte à 2009. Cette année-là, le Waqf – l’autorité religieuse islamique qui contrôle le mont du Temple – commence à fouiller illégalement la zone des Ecuries de Salomon pour construire la mosquée souterraine Al Marwani. Quelque 400 camions de terre sont alors extraits du site et déversés sans ambages dans la vallée du Cédron.
De nombreuses personnes, convaincues que le Waqf tente d’effacer les traces du passé juif du mont du Temple, aux côtés des archéologues et des historiens qui redoutent la destruction d’objets importants datant du Second Temple, protestent violemment devant cette destruction massive, mais leurs clameurs restent lettre morte. Entrent alors en scène le Dr Gabriel Barkay et Zahi Dvira, deux archéologues israéliens qui, en 2004, commencent à tamiser le sol déversé afin de récupérer vestiges et artefacts anciens.

« Au début, Gaby et Zahi collectaient des fonds pour recruter du personnel qui les aide à trier les gravats, puis ils procédaient très vite à l’analyse de leurs découvertes. Le problème, c’est qu’ils ne pouvaient pas collecter beaucoup d’argent à la fois. Aussi, dès qu’ils réunissaient une certaine somme, ils se mettaient au travail, puis mettaient leurs recherches en suspens dès que l’argent était épuisé. Ils se remettaient à l’ouvrage dès qu’ils avaient les ressources nécessaires et puis arrêtaient de nouveau quand celles-ci venaient à manquer », raconte Frankie Snyder, membre du projet. Lorsqu’elle a eu vent de cette entreprise courageuse, la Fondation Ir David s’est empressée de la soutenir.
Lire la suite sur JERUSALEM POST

2 commentaires

    • Bonjour Monsieur, nous avons rencontré un problème technique. Nous nous efforçons de le résoudre rapidement. Merci d’avoir attiré notre attention.

Déposer un commentaire