Caucus du Congrès pour la victoire d’Israël ©

Caucus du Congrès pour la victoire d’Israël ©

Martin Sherman, le directeur exécutif de l’Israel Institute for Strategic Studies, a consacré un nouvel article, « Why Palestinian Statehood Obviates Israeli Victory » (Pourquoi la création d’un État palestinien rend inutile la victoire israélienne) pour discuter des différences qui nous séparent lui et moi à propos d’un point sur lequel nous sommes fondamentalement d’accord à savoir, l’objectif de la victoire d’Israël.

L’idée est que le « processus de paix » est devenu un « processus de guerre » et que la solution à la confrontation entre Israéliens et Palestiniens ne consiste pas pour Israël à faire davantage de concessions douloureuses mais, au contraire, d’imposer sa volonté à l’ennemi et de briser le rêve palestinien d’élimination de l’État juif. Washington devrait soutenir son allié israélien dans ce projet. Paradoxalement la défaite est la meilleure chose qui puisse arriver aux Palestiniens, car elle leur permettrait de se débarrasser d’une obsession destructrice et de commencer à construire leur propre développement politique, économique, social et culturel.

Pour promouvoir cette idée, le Middle East Forum, l’organisme que je préside, a travaillé avec des membres de la Chambre des Représentants du Congrès américain pour mettre sur pied un Caucus du Congrès pour la victoire d’Israël (Congressional Israel Victory Caucus, CIVC) en vue de faire pression sur le président. Sherman salue le CIVC comme « une initiative extrêmement importante qui offre une vraie possibilité de changer la donne. »

Lancement, le 27 avril 2017 du Caucus du Congrès pour la victoire d’Israël. En partant de la gauche : Gregg Roman, E.J. Kimball, Bill Johnson, Daniel Pipes, Ron DeSantis, Gary Bauer.

Comme le suggère néanmoins le titre de son article, Sherman n’est pas d’accord avec mon point de vue selon lequel « lorsque les Palestiniens finiront par abandonner la lutte contre Israël, leur centralité dans le conflit conduira à un affaiblissement de l’antisionisme depuis le Maroc jusqu’à l’Indonésie… Une défaite palestinienne marquera le début de la fin d’une guerre plus large des Arabes et des musulmans contre Israël. »

Sherman considère comme « infondé » l’argument selon lequel l’inimitié arabe et musulmane à l’encontre d’Israël se concentre « sur le problème de l’autodétermination des Arabes palestiniens. » Son argumentation repose sur quatre points :

1. L’antisionisme existait bien avant que les Palestiniens deviennent un problème central en 1967 avec la prise de la Cisjordanie et de Gaza par Israël. Ma réponse : C’est vrai, bien entendu, mais à l’approche du 50ème anniversaire de la Guerre des Six Jours, il est particulièrement pertinent d’observer combien les attitudes ont changé avec le temps. À l’heure actuelle, aucun gouvernement arabe n’appelle à l’élimination de l’État juif. Tous se concentrent désormais sur la « Palestine ». Il s’agit là d’un changement considérable que la victoire d’Israël ne fera que confirmer.

2. Il est impossible qu’un « minuscule micro-État » démilitarisé et « fondé à la suite d’une défaite humiliante désamorce la frénésie judéophobe qui anime actuellement le monde arabe et musulman. » Ma réponse : La « frénésie judéophobe » est une expression adéquate pour qualifier l’antisémitisme quasi-généralisé parmi les musulmans. Dans le même temps, ce sentiment est fort heureusement superficiel, moins fondé sur la doctrine ou l’histoire islamique que sur les nécessités stratégiques qu’impose la lutte contre Israël. Quand les conditions seront réunies – c’est-à-dire une fois la bataille terminée et les Palestiniens calmés – cette option pourrait bien être abandonnée.

3. Qui parmi les Palestiniens, s’interroge-t-il, est « autorisé à signer un acte contraignant de reddition » avec Israël ? Ma réponse : La défaite ne nécessite pas de signature au bas d’un document. Le gouvernement américain a-t-il signé un acte de reddition au Vietnam ou les Russes en Afghanistan ? Ce qui importe le plus, c’est que la défaite reflète un changement de mentalité qui se propage de bas en haut. La clé réside dans la vox populi et non parmi les officiels.

Voilà la fin que ne connaîtra pas le conflit israélo-palestinien : la reddition, lors de la Guerre de Sécession américaine, des États du Sud face aux États du Nord à Appomattox en 1865.

4. À partir de sondages indiquant qu’environ 30 % des habitants de Cisjordanie et environ 50 % des Gazaouis souhaitent émigrer, Sherman conclut qu’il ne sera pas difficile de convaincre les Palestiniens de partir. Ma réponse : Même en considérant que ces chiffres élevés sont corrects, deux facteurs rendront ce projet inefficace : la pression sociale et les menaces de violence d’une part, et le fait qu’aucun gouvernement ne souhaite assimiler les Palestiniens d’autre part. Par principe, les dirigeants arabes et musulmans n’accueilleront pas les Palestiniens. Quant au reste du monde, il a tendance à rester sur ses gardes face à des migrants pour la plupart non qualifiés et issus d’un milieu enclin à la violence. C’est pourquoi le « paradigme d’une émigration financée » défendu par Sherman ne peut pas être central dans le Projet de victoire d’Israël.

Enfin, le fait de laisser la porte ouverte à l’option d’un État palestinien présente un autre avantage pour les États-Unis. Sherman admet que l’idée d’une victoire israélienne et d’une défaite palestinienne est « audacieuse », voire « révolutionnaire » même si, pour certains, cela apparaît comme choquant, à l’instar de J Street qui qualifie cette idée de « moyenâgeuse » et de « vraiment terrifiante ». Afin de rendre l’option de la victoire israélienne attractive pour un nombre important d’Américains, je souhaite dès lors rendre le projet aussi acceptable que possible en y incluant l’éventualité – une fois que la guerre sera terminée pour de bon – d’un État palestinien. Je m’empresse d’ajouter qu’il ne s’agit pas là d’une perspective à court terme car il faut que le conflit soit complètement terminé, une situation qu’on ne verra pas se produire avant au moins quelques dizaines d’années. Toutefois, il est bon d’envisager cette option.

Je remercie Martin Sherman pour ce débat vivifiant que je propose de clore ici même.

par Daniel Pipes
paru dans Israel National News
21 mai 2017

Version originale anglaise: Palestinian Statehood Is Acceptable … Eventually
Adaptation française: Johan Bourlard

6 commentaires

  1. Et il faudrait commencer sérieusement à se décider où sera cet ETAT Palestinien , sûrement pas au cœur d’Israël !!! Soit à la suite de GAZA dans le Sinaï , soit à cheval entre la Jordanie et la Syrie redessinée !!!
    Si déjà le Monde veut créer un nouvel Etat arabe ,ce ne peut pas être dans le confetti restitué à ISRAEL en 1922 à SAN REMO !!!

  2. Il n’y a jamais eu d’état « palestinien » sur la terre d’Israël. Le « concept » de « Palestine » a été créé de toutes pièces par Arafat et sa bande de Mafioses qui se sont fait un fric fou sur le compte d’une idéologie inexistante !

    Les arabes musulmans qui vivent en Israël y vivent bien. Les prisonniers arabes qui ont du sang juif sur les mains ont le culot d’aller jusqu’à faire la grève de la faim parce qu’Israël a décidé de ne plus financer leurs études universitaires dans les prisons !!!

    Dans quel pays, même très riche, avez vous vu que l’état finance les études universitaires des assassins enfermés dans ses prisons ?

    Nous ne devons rien aux arabes, ni aux musulmans, de la région ou d’ailleurs. S’ils veulent vivre en Israël, ils doivent se plier aux lois en vigueur dans la démocratie que nous sommes. S’ils tuent, ils passeront en jugement. S’ils travaillent, ils bénéficieront de l’assurance maladie etc…S’ils veulent construire leur maison, ils doivent accepter les règles d’urbanisme en vigueur chez nous ; ce qui actuellement est loin d’être le cas puisque les autorités ferment les yeux sur nombre de leurs débordements en la matière, ce qui fait hurler l’israëlien qui, lui, accepte de jouer le jeu au nom de la construction bien structuré de son pays.

    Il n’y a pas de place pour un second état chez nous. La loi du retour ne peut etre appliqué à des gens qui sont partis pour des raisons personnels. Il n’y a jamais eu de progroms ou choses affreuses chez nous qui auraient obligé leurs parents ou grands parents à quitter leur maison.

    S’ils veulent vivre là où ils sont nés, pas de problème. Ils seront israëliens et auront les mêmes droits que les autres, mais pour cela ils devront se conduire en bon citoyen.

    En Europe, les religions se cotoient et vivent des relations de bon voisinage et même s’amalgament. Aux Etats Unis, toutes les religions sont représentées dans une population de plus de 300 000 000 d’habitants.

    Pourquoi cela serait il un problème chez nous en Israël ?

  3. Qu’ils ont perdu la guerre et leur temps.
    Au lieu de reconstruire Gaza et de refleurir Ramalla et les environs, d' »éduquer leurs enfants, de libérer les femmes objets qu’ils dominent, etc…etc….
    Mais le pire c’est que jamais, on a dit au peuple israélien et aux autres peuples :
    Ou cet état palestinien ? Gaza ou Ramallah ?
    Comment ? par un accord commun ? qui en sera garant (lorsqu’on qu’on sait combien de temps les alliés ont mis a nous libérer des Camps de Concentration)
    Pour en faire quoi ? un état hamasnique ? coranique ? charianique ?

  4. L’ONU, l’Europe et les pays arabes ont fait croire aux palestiniens qu’ils pouvaient réécrire l’histoire sur Jérusalem, et revenir au temps du partage de la Palestine d’avant 1948. C’est ce qui explique ces demandes insensées sur le retour de 4 à 5 millions de fils, petits-fils et arrière -petit-fils des réfugiés de 1948., ou la demande loufoque de reprendre Jérusalem et notamment le Kotel. Tant que le monde entier ne dira pas clairement aux palestiniens que ces rêves sont inaccessibles et qu’Israel est là pour l’éternité, ce conflit ne pourra être résolu. C’est pourquoi la paix ne viendra que lorsque les palestiniens abandonneront ces rêves, et donc qu’ils comprendront qu’ils ont perdu la guerre.

    • MOI JE TIENS A VOUS DIRE A TOUS ..J ACCUSE MENACHEM BEGIN D AVOIR ETE LE PM LIKUD QUI A FAIT LES CONCESSIONS QU IL N AURAIT JAMAIS DU FAIRE …COMMENT UN PM DE DROITE QUI SE RECLAME DE ZEEV JABOTINSKY ET DU GRAND ISRAEL A ETE LE 1ER A INITIER DES ACCORDS DE PAIX PREJUDICIABLES POUR ISRAEL QUI A PERDU LA PROFONDEUR DU SINAI QUE J AI CONNU .SURTOUT QU ISRAEL AVAIT INVESTI 20 MILLIARDS DE US DOLLAR ET JE N AI JAMAIS VU UN PAYS QUI A GAGNE LA GUERRE DE YOM KIPPOUR OCT 1973 EN PERDANT EN PLUS 3500 TUES ET X..BLESSES GRAVES ..ISRAEL EST LE SEUL PAYS AU MONDE GAGNANT DE GUERRE QUI A RENDU SA CONQUETE DU DESERT DU SINAI QUI ETAIT BEAU ..ET EN SE RETIRANT DU SINAI MENACHEM BEGIN A RENDU LA VIE INTERIEURE EN ISRAEL CHERE .ET EN 2005 UN AUTRE M LIKUD QUI SE DISAIT FAUCON EXPULSE MANU MILITARI ..LES JUIFS INSTALLES A GAZA DEPUIS 1969 AU LIEU D EXPULSER LES ARABES GAZEENS VERS L EGYPTE CONTINENTALE ….ET APRES CA M ETONNE PAS QUE LA GAUCHE AVEC ITZAK RABIN ET SHIMON PERES ONT CEDER LA JUDEE SAMARIE EN SEPT 1993 AU FATAH A OSLO ..EN VOULANT IMITER LE LIKUD DE BEGIN ET SHARON … VOILA CE QUE SONT LE LIKUD ET LA GAUCHE TRAVAILLISTE .. DES TRAITRES A ISRAEL ..POUR AVOIR CEDER DES TERRES JUIVES A NOS ENNEMIS ..A L EGYPTE ..ET A CE PEUPLE INVENTE PALESTINIEN AUSSI … /J EN AI CONTRE BIBI QUI LAISSE TOUS LES LEADERS DU MONDE QUI ARRIVENT EN ISRAEL ALLER VISITER ET METTRE DES FLEURS SUR LA TOMBE DU CHEF TERRORISTE DU FATAH YASSER ARAFAT RESPONSABLE D AVOIR ASSASSINER DES JUIFS INNOCENTS ET JE NE COMPRENDS PAS COMMENT LA GAUCHE DIT UNION SIONISTE COMME MERETZ OU YESH ATID PEUVENT ILS VOULOIR PAR FORCE CREER UN ETAT TERRORISTE FATAH EN TERRE JUIVE DE JUDEE SAMARIE CES GAUCHISTES ONT POURRI MEME LE MONDE JUIF EN GOLAH COMME AUX USA OU JAMAIS AVANT ON A PU VOIR DES JUIFS ANTI JUIFS ..ET MAINTENANT C EST LE CAS AUX USA OU ON TROUVE DES JUIFS DE GAUCHE AMIS DE SHALOM ACHAV OU DES JUIFS POUR LA PAIX OU QUI SOUTIENNENT LA CAUSE PALESTINIENNE COMME CES RABBIS FO PEACE ET CE RABBIN ACKERMANN ..QUI DEFEND LES ARABES COLONS ET S ATTAQUENT A NOS FRERES GIBORIM GEDOLIM HEROS DE JUDEE SAMARIE ..CES JUIFS TRAITRES .ON DEVRAIT LES ELIMINER S IL Y AVAIT UN PM VRAIMENT DE DROITE COMME L A ETE ITZAK SHAMIR QUI AVAIT FAIT LIBERER DES JUIFS QUI AVAIT ASSASSINER DES ARABES EN REPONSE DES ASSASSINATS DES ARABES CONTRE LES ISRAELIENS ..BRAVO ITZAK SHAMIR ..CELUI LA ETAIT DE DROITE ALORS QUE BIBI LUI S ATTAQUE ..AUX JUIFS DES COLLINES ..LEUR ENVOIE TSAHAL ET POLICE ..POUR LES DELOGER DES AVANTS POSTES QU ILS OCCUPENT .. JE ME DEMANDE POUR QUI TRAVAILLE BIBI ??? ALORS POURQUOI BIBI A T IL PU DONNER SON OK AU QATAR AFIN QU IL CONSTRUIRE UNE VILLE DE 50 000 COLONS ARABES S APPELANT …RAWABI…SITUEE EN PLEINE JUDEE SAMARIE JUIVE ..POUR MOI C EST UN CAS ..DE CASSUS BELLI … OU UN FAIT ACCOMPLI ….POURQUOI BIBI A T IL PU LAISSER FAIRE CELA ??? COMME LE COMITE CENTRAL DU LIKUD A T IL PU PERMETTRE A BIBI DE DONNER SON OK AU QATAR ??? C EST UN TRAITRE BIBI ALORS IL GELE LA CONSTRUCTION DES VILLES JUIVES DE JUDEE SAMARIE POUR PLAIRE AUX USA ET AU MONDE ..ET DE L AUTRE COTE IL AUTORISE LE QATAR A CONSTRUIRE UNE VILLE PALESTINO ARABE DE 50 000 TERRORISTES PALESTINIENS C EST A NE PLUS RIEN COMPRENDRE .. LE LIKUD A PERDU SON AME ET N EST PLUS UN PARTI DE DROITE NATIONALISTE … QU IL DEGAGE ET RETOURNE DANS L OPPOSITION … LE LIKUD OU LA GAUCHE C EST LA MEME MERDE ET ONT TOUT FAIT POUR DIMINUER LA SUPERFICIE DU GRAND ISRAEL QUI METTRAIT ISRAEL EN SECURITE STRATEGIQUE … ET AUCUN DE GAUCHE OU DE DROITE A OSE DIRE LA VERITE QUE LE ¨PROBLEME SE TROUVE EN JORDANIE QUI DEVRAIT LA PATRIE DE CE FAUX PEUPLE INVENTE PALOS ..OU TOUS LES ARABES D ISRAEL DES TERRITOIRES DEVRAIT ETRE EXPULSER VERS LA JORDANIE ET L EGYPTE ..AFIN QU ISRAEL SOIT UN ETAT JUIF A 100 % ET NON A 75 % COMME IL L EST ACTUELLEMENT …§§ N AI JE PAS RAISON ??? ………AM ISRAEL CHAI ….

Déposer un commentaire