Guérini, entendu par les gendarmes

Guérini, entendu par les gendarmes

0

Jean-Noël Guérini (PS), a été entendu aujourd’hui pendant plus de trois heures par les gendarmes, comme témoin assisté dans le cadre de deux enquêtes, dont l’une concernant le fils du patron du Renseignement intérieur Bernard Squarcini, a-t-on appris auprès de l’intéressé.
« Trafic d’influence et recel »

A l’issue de cette audition qui « s’est très bien passée », a déclaré Jean-Noël Guérini, ce dernier a, dans une déclaration écrite adressée à la presse, dénoncé une « affaire d’Etat ».

En février, une enquête préliminaire avait été ouverte par le parquet de Marseille pour « trafic d’influence et recel », sur des soupçons liés aux conditions d’emploi du fils de Bernard Squarcini, Jean-Baptiste Squarcini, employé comme chargé de mission au sein de 13 Développement, une structure dépendant du conseil général dont Jean-Noël Guérini est le président.

La seconde enquête préliminaire concerne Jean-David Ciot, soupçonné d’avoir occupé un emploi fictif au sein du cabinet de M. Guérini, poste qu’il avait quitté en juin 2011 pour pouvoir postuler à la tête de la fédération PS des Bouches-du-Rhône.

« Depuis de longs mois, des rumeurs persistantes dénoncent qu’on aurait instrumentalisé la justice pour organiser une confusion entre l’enquête relative aux activités de mon frère (Alexandre, NDLR) et l’honnêteté de mon action politique à la tête du Conseil général des Bouches-du-Rhône », écrit le sénateur dans sa déclaration à la presse.

Affirmant qu’il avait été entendu « sur des points de détail liés aux contrats de travail » de MM. Jean-David Ciot et de Jean-Baptiste Squarcini, Jean-Noël Guérini évoque une écoute entre un avocat, « réputé intime » du député UMP Renaud Muselier, et le directeur général d’Habitat Marseille-Provence, ancien directeur de cabinet de M. Muselier.

Selon lui, cette conversation dont le contenu avait été révélé dans la presse, fait apparaître « que des relations privilégiées semblent exister entre cet avocat, le parquet et les gendarmes chargés d’enquêter sur moi ».

« Se trouve ainsi diffusée dans la presse l’information d’une triste collusion entre l’un de mes adversaires politiques (Muselier), un avocat et un gendarme chargé de l’affaire Guérini », ajoute l’élu PS.

« Système Guérini »

« Ces informations à ce jour non démenties me permettent de douter de la loyauté avec laquelle l’enquête relative à mon affaire a été conduite », déclare-t-il, demandant une nouvelle fois le dépaysement de la procédure.

Renaud Muselier avait dénoncé dans un ouvrage intitulé « le système Guérini » publié en octobre, « le scandale sans précédent » qui frappe, selon lui, le PS marseillais.

Jean-Noël Guérini a été mis en examen le 8 septembre 2011 dans une affaire de marchés publics pour trafic d’influence, prise illégale d’intérêt et association de malfaiteurs dans un dossier impliquant son frère Alexandre, patron de décharges.

02-05-2012/AFP

Aucun commentaire

Poster un commentaire