15 choses à savoir sur la Matsa©

15 choses à savoir sur la Matsa©

By Viva Sarah Press

La Matzah est un pain plat sans levain, qui occupe une place centrale dans le régime de Pessah. Selon la tradition, il est interdit de manger des pains, des biscuits ou des gâteaux qui ont levé pendant les vacances de Pessah. C’est la raison pour laquelle la matzah, un pain plat sans levain, est mangée à la place.

Selon la Torah, les Israélites étaient tellement pressés de quitter la terre de Pharaon, qu’ils n’avaient plus le temps pour faire lever leur pâte à pain avant de la faire cuire.

Bien que la technologie ait permis de faire cuire le pain rapidement, les traditions continuent à prendre le pas et la matzah est mangée pour se souvenir de l’histoire de l’exode juif d’Egypte.

Aujourd’hui, les usines de matzah israéliennes envoient des produits matzah kosher-for-Passover à plus de 50 pays à travers le monde.

ISRAEL21c vous donne une liste de 15 choses que vous avez toujours voulu savoir sur la Matzah:

1. Matza, matzah, matzo, matzoh … une nourriture avec beaucoup d’orthographes grâce à ses origines hébraïques et sans traduction directe en anglais. Matzah est également appelé «le pain du pauvre» ou «pain d’affliction» dans la Torah.

2. La Matzah de Pessah et celle qu’on mange tout au long de l’année: la variété ordinaire consommée pendant l’année a exactement le même goût que celui de la variété de Pessah, mais cette dernière doit être faite spécifiquement pour les fêtes de Pessah. À partir du moment où le blé est amené au moulin pour être broyé en farine, il ne doit pas être au contact avec l’humidité, jusqu’à ce que l’eau soit ajoutée juste avant le processus de cuisson. Recherchez l’étiquette « Kosher for Passover » lors de l’achat de la matzah à l’occasion de Pessah.

3. La différence entre cette matzah spécifique « Shurame » par rapport à la matzah mangée en dehors des fêtes: les directives les plus strictes exigent que le blé soit protégé de l’humidité à partir du moment de la récolte. Cette matzah extra-surveillée s’appelle shmura (« gardé »). Il existe des variétés artisanales et artisanales.

Handmade shmura matzah in Jerusalem. Photo by Abir Sultan/FLASH90
Handmade shmura matzah in Jerusalem. Photo by Abir Sultan/FLASH90

4. 18 minutes: la matzah doit être fabriqué en moins de 18 minutes ou bien elle est considérée comme un chametz. Les rabbis citent de nombreuses sources montrant que la fermentation a lieu dans les 18 minutes qui suivent l’exposition des grains coupés à l’humidité. Manger de la matzah symboliquement rend hommage aux Juifs qui n’ont pas eu 18 minutes à attendre avant de partir de Pharaon.

5. Chaque carré de matzah ordinaire fabriqué en machine peut contenir 111 calories. Il y a 46 calories dans une balle matzah.

6. Pain riche contre pain pauvre: le «Pain riche» se réfère à la matzah faite avec du jus ajouté, de l’huile, du vin ou des œufs. Il a meilleur goût mieux que la variété classique faite d’eau de farine et, bien que cette matzah ne soit pas chametz, les rabbins ont décidé qu’elle ne peut pas être utilisée au Seder, lors de la bénédiction, car ce n’est pas un «pain pauvre» tel que décrit dans le récit de l’Exode.

Il en va de même pour la matzah sans gluten et aromatisée. (Note: Le produit appelé « matzah d’oeuf » contient en fait du jus et pas d’oeufs.)

7. Épicé et sans gluten: bien que de nombreux Juifs se lamentent de manger ce pain plat croustillant et craquelé pour la durée de la fête de Pessah, la matzah est une gourmandise populaire parmi le reste de la population. En tant que telles, les entreprises produisent maintenant des matzah aromatisées, des matzah épicées, des matzah couvertes de chocolat et d’autres versions.

Tourists eating falafel with matzah during Passover last year in Paris. Photo by Serge Attal/FLASH90
Tourists eating falafel with matzah during Passover last year in Paris. Photo by Serge Attal/FLASH90

8. 1838: l’année où le Français Isaac Singer a inventé la première machine à mouler la matzah. Les rabbins n’étaient pas tous intéressés par cette innovation, mais l’idée a finalement été acceptée.

9. 1888: l’année: l’immigré lituanien Dov Behr a ouvert la première usine Matzah à Cincinnati, dans l’Ohio. Behr a pris le nom Manischewitz et a nommé son usine la société B. Manischewitz. En 2014, Sankaty Advisors a acheté la marque Manischewitz, toujours considérée comme l’un des types de matzah les plus populaires au monde.

10. 1973: l’année où l’astronaute d’Apollo 17 Gene Cernan aurait crié, « Manischewitz! » En marchant sur la Lune.

11. 2008: le champion de la compétition, Joey Chestnut, a mangé 78 balles matzo en huit minutes, selon la Fédération internationale de l’alimentation compétitive.

12. 2010: l’année où le chef Jon Wirtis de Shlomo et Vito’s New York Delicatessen à Tucson, en Arizona, a créé la plus grande balle de matzah au monde (kneidl en yiddish). La monstruosité de 426 livres (193 kg) – comprenant plus de 1000 oeufs, 125 livres (57 kg) de matzah (matzah finement moulu), 25 livres (11 kg) de schmaltz (graisse) et 9 kg (20 livres) D’amidon de pomme de terre – et a été créée pour le Festival de nourriture juive de Tucson.

Chef Jon Wirtis puts the finishing touches on the world's largest matzah ball. Photo via World Record Academy
Chef Jon Wirtis puts the finishing touches on the world’s largest matzah ball. Photo via World Record Academy

13. 2011: l’année où Manischewitz a établi un record mondial pour la plus grande matzah. En l’honneur de l’ouverture de son nouveau siège à Newark, dans le New Jersey, Manischewitz a cuit une pièce de matzah de 25 pieds-1 pouce (7,5 mètres) de long et 41,5 pouces (un peu plus d’un mètre) de large qui a pesé près de 25 Livres (11 kilogrammes). C’est environ 336 matzahs réguliers en un! Ou plus de 37 000 calories …

14. Matzah dure contre matzah douce: selon votre héritage, la matzah peut être un cracker fragile ou un pain plat tortilla-like. La matzah douce est faite à la main seulement.

15. Afikoman: Au repas du Seder, il n’y a rien de tel qu’un bon morceau de matzah pour le dessert. L’Afikoman est une demi-pièce de matzah qui est cassée tôt dans le Seder de la Pâque et mis de côté pour se faire manger après le repas. Il est habituel de cacher l’Afikoman et d’avoir des enfants à la table pour le trouver. Comme l’Afikoman doit finir le Seder, les enfants sont encouragés à l’échanger contre des cadeaux ou des bonbons.

Source : Israel21C

Adaptation JFORUM

Articles similaires

Pas de commentaires

Déposer un commentaire